avr 292010
 

Moins utilisé que le cerfeuil commun, le cerfeuil musqué (Myrrhis odorata) mérite pourtant une place de choix dans le jardin, sur la terrasse ou le balcon. Même si son parfum anisé ne vous séduit pas, laissez vous charmer par son feuillage et sa floraison vaporeux.

Plante vivace aromatique

Cerfeuil musqué (Myrrhis odorata), avril 2010, photo Alain Delavie

Ses feuilles vert franc sont découpées comme celles d’une fougère, avec un toucher duveteux, très doux. Elles dégagent un parfum d’anis quand on les froisse. En terrain frais et à exposition pas trop ensoleillée, cette plante vivace aromatique forme une large touffe qui peut dépasser 50 à 60 cm de hauteur facilement. Les petites fleurs blanches sont réunies en larges ombelles qui surmontent le feuillage. Ensemble charmant, d’une grande légèreté.

La finesse des fleurs et des feuilles ne doit pas vous faire craindre pour la fragilité de la plante qui est en fait très robuste. Vigoureuse et rustique, mais à la condition de lui réserver un emplacement frais. Le sol doit rester légèrement humide pendant la belle saison, l’air ne doit pas être trop sec en été sinon les araignées rouges envahissent vite cette belle plante et l’enlaidissent. Mais aux premières fraîcheurs de la fin de l’été, elle repart de plus belle.

Le cerfeuil musqué pousse très bien en pot. Prévoyez un contenant assez volumineux pour garder le substrat frais en permanence. Un cache-pot est utile car il permet de garder les eaux d’arrosage, vite absorbées par la plante en plein été aux heures les plus chaudes. En bac, le cerfeuil musqué se marie bien avec des coeurs-de-Marie (Dicentra spectabilis), des sarumas (Saruma henryi), des grands sceaux-de-Salomon (Polygonatum), des grands hostas, etc.

avr 182010
 

Condiment dans la cuisine japonaise, le wasabi arrive dans les jardineries ce printemps. Vous le trouvez en ce moment en jeunes plants, parfois déjà fleuris.

Plante aromatique

Jeune plant de wasabi (Wasabia japonica) fleuri, Ferme de Gally (78), photo Alain Delavie

Cette plante condimentaire (Wasabia japonica) appartient à la famille des Brassicacées. C’est une cousine de nos radis, choux et navets. Cultivée pour sa racine, elle est parfois dénommée raifort japonais ou raifort d’eau. Autant dire qu’elle relève les plats et qu’il faut la consommer avec modération car son goût est très fort.

Plante aromatique

Étiquette d'un jeune plant de wasabi (Wasabia japonica), Ferme de Gally (78), photo Alain Delavie

Comment cultiver cette plante exotique ?
Malgré ses grandes feuilles qui rappellent celles de la rose trémière, c’est un radis. Un radis qui se montre très exigeant en eau. Au Japon, le wasabi de qualité supérieur est cultivé en condition aquatique. Il faut donc installer cette plante dans un sol qui reste au moins frais et les arrosages doivent être réguliers quand le temps est sec. Évitez lui une exposition trop ensoleillée et brulante. Si les feuilles se fanent dans la journée ou palissent, c’est que votre pied est trop exposé au soleil. La mi-ombre lui convient davantage.

La récolte s’effectue quand la racine a un diamètre d’un à deux centimètres. Les plantules qui se sont formées autour de la racine principale peuvent être détachées et replantées. Les plants de wasabi sont vivaces, mais ils craignent les gelées. En hiver, il faut couvrir la culture avec un voile d’hivernage.

Le feuillage vert vif est assez joli, la floraison charmante… Avec un bon cache-pot, le problème de l’arrosage ne devrait plus en être un. Si je retrouve des pieds, j’en achète un !

mar 082010
 

Dans les jardins protégés du froid, le romarin (Rosmarinus officinalis) fleurit avant la fin de l’hiver, donnant une profusion de petites fleurs bleu azur charmantes. Ailleurs, c’est un des premiers arbustes à s’épanouir dès que le printemps s’installe.

Arbuste à fleurs

Jardinière de romarin fleuri en hiver, février 2010, photo Alain Delavie

Cette plante méditerranéenne aromatique à feuillage persistant est la bienvenue sur un balcon ou une terrasse baignés de soleil. Elle reste impeccable à longueur d’année et prodigue sa floraison azurée à un moment où les fleurs sont encore rares. En même temps que les mimosas sur la Côte d’Azur, les forsythias en région parisienne. Et quelques feuilles suffisent à parfumer un plat.

Le romarin officinale forme un petit buisson érigé qui peut atteindre 0,80 à 1 m de hauteur. Il a donné de nombreuses variétés, à port plus ou moins dressé, compact, étalé ou retombant. La diversité se retrouve aussi dans la couleur de la floraison, car il existe des romarins à fleurs blanches, roses ou bleu plus ou moins foncé, parfois teinté de violet. Ses fleurs sont très prisées par les premiers insectes butineurs qui reprennent leur activité de bonne heure.

Alors chez vous, fleur d’hiver ou fleur printanière ?