août 112011
 
Pergola de vigne-vierge dans le parc Marcel Bleustein-Blanchet, parc de la Turlure, à  Montmartre, Paris 18e (75)

Pergola de vigne-vierge dans le parc Marcel Bleustein-Blanchet, parc de la Turlure, à Montmartre, Paris 18e (75), août 2011, photo Alain Delavie

Derrière la basilique du Sacré-Coeur sur la butte de Montmartre, se trouve le square Marcel Bleustein-Blanchet dit parc de la Turlure. Un endroit beaucoup plus calme que la place du Tertre et les rues voisines où se pressent les flots de touristes. Une grande pergola drapée de vigne-vierge couvre une partie de l’allée principale.

Pergola de vigne-vierge dans le parc Marcel Bleustein-Blanchet, parc de la Turlure, à Montmartre, Paris 18e (75)

Pergola de vigne-vierge dans le parc Marcel Bleustein-Blanchet, parc de la Turlure, à Montmartre, Paris 18e (75), août 2011, photo Alain Delavie

Quand le soleil daigne darder ses rayons (ce qui n’était pas le cas quand je suis aller me promener dans le square), le passage sous la voute de vigne-vierge offre une sensation très agréable, avec des jeux d’ombre et de lumière.

Draperies de vigne-vierge dans le parc Marcel Bleustein-Blanchet, parc de la Turlure, à Montmartre, Paris 18e (75)

Draperies de vigne-vierge dans le parc Marcel Bleustein-Blanchet, parc de la Turlure, à Montmartre, Paris 18e (75), août 2011, photo Alain Delavie

Continue reading »

août 022011
 

En parcourant le Jardin des Plantes (Paris 5e), j’ai eu la surprise de découvrir une ipomée aux teintes douces baptisée ‘Heni Bollywood’. Serait-ce une fleur dédiée à Pascal Héni, alias Pascal of Bollywood ?

Ipomée 'Heni Bollywood', fleurissement d'été dans le Jardin des Plantes de Paris, Paris 5e (75), 30 juillet 2011, photo Alain Delavie

Ipomoea cairica 'Heni Bollywood', fleurissement d'été dans le Jardin des Plantes de Paris, Paris 5e (75), 30 juillet 2011, photo Alain Delavie

Superbe ipomée n’est-ce pas ?

Ipomée 'Heni Bollywood', fleurissement d'été dans le Jardin des Plantes de Paris, Paris 5e (75)

Ipomoea cairica 'Heni Bollywood', fleurissement d'été dans le Jardin des Plantes de Paris, Paris 5e (75), 30 juillet 2011, photo Alain Delavie

J’ai photographié l’étiquette pour prouver que je n’invente pas le nom de cette belle fleur de la famille des Convolvulacées.

Continue reading »

mai 182011
 

Dimanche dernier en sortant de la Maison de la radio dans le 16ème arrondissement de Paris, je suis passé devant la rue d’Ankara où j’ai aperçu un superbe pied de passiflore (Passiflora caerulea) opulent à souhait et déjà très fleuri. Je savais que cette liane exotique était bien rustique, mais jusqu’ici je n’en avais vu fleurir qu’en plein été…

 

Fleur de la passion ou passiflore (Passiflora caerulea)

Fleur de la passion ou passiflore (Passiflora caerulea), rue d'Ankara, Paris 16e (75), mai 2011, photo Alain Delavie

Fleur de la passion ou passiflore (Passiflora caerulea)

Fleur de la passion ou passiflore (Passiflora caerulea), rue d'Ankara, Paris 16e (75), mai 2011, photo Alain Delavie

Vue la beauté et l’exubérance du feuillage, ce pied de passiflore n’a nullement souffert du froid hivernal et il est reparti avec encore plus de vigueur dès que les températures se sont adoucies. La chaleur du mois d’avril a dopé sa croissance et a hâté sa floraison aussi.

Continue reading »

avr 172011
 

On est tellement habitué à voir des petits fusains persistants (Euonymus fortunei et variétés) en pots ou jardinières que cela surprend quand on découvre un bel exemplaire qui se prend pour une plante grimpante et hisse ses rameaux le long d’un grand tronc d’arbre.

 

Arbuste et plante grimpante : Euonymus fortunei 'Emerald'n Gold'

Fusain persistant doré grimpant sur un gros tronc d'arbre, Jardin du Luxembourg, Paris 6e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

Vu de loin, cet arbuste sarmenteux ressemble beaucoup au fusain de Fortune ‘Emerald’n Gold’ (Euonymus fortunei ‘Emerald’n Gold’). Si ce n’est pas exactement cette variété, c’en est une très proche.

Arbuste et plante grimpante : Euonymus fortunei 'Emerald'n Gold'
Fusain persistant doré grimpant sur un gros tronc d’arbre, Jardin du Luxembourg, Paris 6e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

Cultivé le plus souvent en bordure basse ou en tapis, ce fusain au feuillage persistant lumineux a pourtant des rameaux très souples qui se laissent aisément diriger. Il peut donc être palissé contre n’importe quel support, mais il faut attacher les tiges qui ne s’accrochent pas toutes seules.

avr 012011
 

En avant première, voici deux photos d’une surprenante clématite aquatique aux fleurs aussi grandes que les clématites qui grimpent et fleurissent nos jardins ou balcons en été.

Mini bassin avec des lentilles d'eau et des fleurs de clématite, photo Alain Delavie

Mini bassin avec des lentilles d'eau et des fleurs de clématite, photo Alain Delavie

À cette période de l’année, seules les fleurs apparaissent, le feuillage est un peu plus tardif. Des fleurs aussi belles que celles des nénuphars.

Mini bassin avec des lentilles d'eau, des fleurs de clématite et des cypérus, photo Alain Delavie

Mini bassin avec des lentilles d'eau, des fleurs de clématite et des cypérus, photo Alain Delavie

Cette clématite aime le plein soleil.
Je n’ai pas encore d’adresses en France pour la trouver… À suivre !

fév 102011
 

Pour continuer mes idées de petits cadeaux pas ruineux pour la Saint-Valentin, je vous propose aujourd’hui un joli coeur de verdure, composé d’un entrelacs de Muehlenbeckia complexa, un petit arbuste persistant au port très souple qui se laisse facilement palisser.

Topiaire en forme de coeur

Coeur de Muehlenbeckia complexa, février 2011, photo Alain Delavie

Cet arbuste originaire de Nouvelle-Zélande a un port naturellement rampant et tapissant, ses fins rameaux s’étendant rapidement en tous sens et se marcottant au fur et à mesure de leur développement. Dans les régions à climat doux, cette plante peut devenir très vite un couvre-sol envahissant du fait de sa vigueur. En pot, elle prend vite un aspect échevelé et désordonné si on ne contrôle pas sa croissance. Mais elle ne résiste pas à des températures inférieures à -12 °C, les gelées provoquant la chute du feuillage, habituellement persistant sous climat doux.

Vendu en potée, le muehlenbeckia n’est pourtant pas une plante d’intérieur, car il supporte difficilement les températures supérieures à 18 °c et la sécheresse ambiante de nos intérieurs. Il est plus à sa place sur un rebord de fenêtre, sur le balcon ou une terrasse, tant que les gelées ne menacent pas. Avec une exposition bien protégée, il est possible de le conserver toute l’année dehors dans Paris intra-muros.

Le port très souple des fins rameaux du Muehlenbeckia complexa et ses petites feuilles persistantes toujours décoratives permettent d’utiliser cet arbuste sarmenteux en topiaire, en fixant et palissant les tiges sur une structure grillagée ou des fils de fer. Un palissage à faire au fur et à mesure que de nouvelles pousses s’allongent.

Un arbuste liane facile à diriger, d’où la présentation en coeur à l’occasion de la Saint-Valentin. Un joli coeur qui vous coûtera moins de 10 euros… Je l’ai trouvé le week-end dernier chez Double Pensée, 35 rue des Archives, 75004 Paris.

Bon à savoir :
Les coeurs sont de saison et vous pouvez aussi trouver des coeurs de chaine-de-coeur (Ceropegia woodii), une plante succulente mieux adaptée à la culture dans un appartement ou une maison, dans une pièce très claire.