fév 012011
 

Je connaissais mal le 16e arrondissement de Paris où je n’allais pratiquement jamais. Mais depuis que je participe à l’émission Week-end à Paris chaque dimanche matin sur France Bleu 107.1, je découvre petit à petit des coins de cette partie de la capitale. Au hasard d’une promenade, je me suis retrouvé dans le parc de Passy, installé à flanc de la rive de la Seine, pas très loin du Trocadéro. Un grand parc tranquille d’allure contemporaine qui offre quelques floraisons en hiver, notamment sur la tonnelle centrale.

Plantes grimpantes sur tonnelle : lierre et jasmin d'hiver

La tonnelle du parc de Passy, Paris 16e (75), janvier 2011, photo Alain Delavie

Une grande tonnelle située dans la perspective de l’avenue du parc de Passy et de la rue Lyautey.

Le parc de Passy a été inauguré en 2004. Descendant la colline de Passy pour arriver près de la Seine, il occupe une superficie de 1,3 hectares. Il est dominé par une allée d’arches fleuries. Une grande pelouse centrale accueille le public. Le jardin des haies et le jardin des fougères agrémentent l’ensemble. Une aire de 200 m2 regroupe sur un sol souple des jeux pour les enfants.

jan 152011
 

La Saint-Valentin n’est plus très éloignée maintenant. Bientôt les petits coeurs d’Hoya kerrii vont apparaître sur les étals des fleuristes et dans les jardineries. Mais en me promenant rue du Pont Louis-Philippe (Paris 4e), j’ai été étonné de découvrir plusieurs pieds de cette plante succulente redevenue liane…

Plante succulente, plante porcelaine, Hoya kerrii

Hoya kerrii dans une vitrine, rue du Pont Louis-Philippe, Paris 4e (75), janvier 2011, photo Alain Delavie

Une chaine de coeurs, aux épaisses feuilles charnues,

Plante succulente, plante grasse, Hoya kerrii

Hoya kerrii dans une vitrine de la rue du Pont Louis-Philippe, Paris 4e (75), janvier 2011, photo Alain Delavie

Tige épaisse avec quelques départs de racines aériennes et feuilles en coeur. Le tout dans un petit pot en terre cuite avec un substrat léger, qui sèche vite.

Plante succulente, plante grasse, Hoya kerrii

Hoya kerrii dans une vitrine de la rue du Pont Louis-Philippe, Paris 4e (75), janvier 2011, photo Alain Delavie

Entre la feuille solitaire couramment vendue et le pied comportant une dizaine de feuilles, il faut beaucoup de patience et de nombreux mois de culture. Une exposition très lumineuse, pas forcément ensoleillée, est nécessaire pour le développement de cette plante grasse grimpante ou retombante qui peut prendre une belle ampleur.

Plante succulente, plante grasse, Hoya kerrii

Hoya kerrii dans une vitrine de la rue du Pont Louis-Philippe, Paris 4e (75), janvier 2011, photo Alain Delavie

L’espèce type d’Hoya kerrii à feuillage vert est la plus courante, mais on trouve parfois des formes à feuilles panachées de crème ou de blanc pur. Je n’en ai pas encore aperçues dans Paris, mais je vais prospecter…

Vous aimez les hoyas ?
Une association (en anglais) : International Hoya Association

nov 082010
 

Du lierre (Hedera helix), tout simplement et uniquement.

Coin de verdure dans un lieu improbable

Potée de lierre dans le renfoncement d'une petite fenêtre sans lumière, rue Cortot dans Montmartre, Paris 18e (75), octobre 2010, photo Alain Delavie

Il n’y a que le lierre commun pour habiller cette petite fenêtre renfoncée, sans soleil et solidement grillagée. Et encore, ce n’est pas l’idéal pour cette plante grimpante de sous-bois, qui aime la fraîcheur et qui pousse mieux sur un sol humifère. Mais avec des arrosages réguliers, sans excès, la plante pousse quand même, pas très vite il est vrai. Ce qui est plutôt recherché dans un coin semblable, où la place est comptée.

Une bonne adresse pour trouver un large choix de variétés de lierres : Pépinières Patrick Nicolas, à Meudon.

nov 042010
 

Tout près du square Georges Cain, l’Institut Historique Allemand (IHA) étale sa large façade décorée d’une belle vigne vierge flamboyante le long de la rue du Parc Royal (Paris 3e). Des guirlandes rouge vif sur l’ocre rouge de cette très belle demeure historique, l’Hôtel Duret de Chevry.

L'automne dans le Marais, Paris 3e (75)

Vigne vierge sur la façade de l'Hôtel Duret de Chevry, Institut Historique Allemand, Paris 3e (75), novembre 2010, photo Alain Delavie

L’Hôtel Duret de Chevry, dans le quartier du Marais, est le siège de l’IHA depuis 1994. Il est situé au 8 de la rue du Parc Royal, en face du square Léopold-Achille. C’est un des derniers hôtels construits en briques pendant la période du règne d’Henri IV et de la Régence (1594-1610).

Feuillage d'automne dans le Marais, Paris 3e (75)

Vigne vierge sur la façade de l'Hôtel Duret de Chevry, Institut Historique Allemand, Paris 3e (75), novembre 2010, photo Alain Delavie

La vigne vierge japonaise (Parthenocissus tricuspidata et ses variétés) peut couvrir un mur en quelques années. Son feuillage brillant est vert au printemps et en été, il devient rouge flamboyant en automne, si la plante est installée à une exposition bien ensoleillée. Elle peut pousser plus à l’ombre, mais ses couleurs d’automne sont moins vives.

L'automne dans le Marais, Paris 3e (75)

Vigne vierge sur la façade de l'Hôtel Duret de Chevry, Institut Historique Allemand, Paris 3e (75), novembre 2010, photo Alain Delavie

Contrairement au lierre qui risque de dégrader la maçonnerie avec ses racines aériennes s’introduisant dans les joints friables, la vigne vierge japonaise s’accroche grâce à des petites ventouses. Tous les 2 ou 3 ans, il faut pratiquer une taille de toilettage autour des fenêtres et aux bords des gouttières pour éviter d’être envahi.

oct 272010
 

Peu à peu, les vignes vierges de la capitale s’embrasent, offrant un spectacle haut en couleurs pendant quelques semaines à peine. Il faut en ce moment aller faire un tour vers la place Alphonse Humbert, à l’angle des rues Émile Zola et Javel, dans le 15è arrondissement de Paris. Vous y verrez un bel exemple de mur végétal version plante grimpante.

Mur végétal dans Paris

Immense vigne vierge sur l'immeuble de la place Alphonse Humbert, à l'angle des rues Émile Zola et Javel, Paris 15e (75), octobre 2010, photo Alain Delavie

Un immeuble festonné, paré de guirlandes végétales que rien ne semblent pouvoir arrêter.

Mur végétal dans Paris

Immense vigne vierge sur l'immeuble de la place Alphonse Humbert, à l'angle des rues Émile Zola et Javel, Paris 15e (75), octobre 2010, photo Alain Delavie

Continue reading »

oct 252010
 

Quand on choisit une plante, arbre, arbuste, plante grimpante ou vivace, il ne faut pas penser seulement qu’à la floraison ou à l’aspect pendant la belle saison. La beauté du feuillage en arrière-saison est importante. L’hortensia grimpant (Hydrangea petiolaris), après avoir donné une superbe floraison vaporeuse au printemps, retrouve une forte présence avec l’automne, en se parant d’or.

Plante grimpante en automne

Hortensia grimpant (Hydrangea petiolaris) avec ses couleurs d'automne, Parc André Citroën, Paris 15e (75), octobre 2010, photo Alain Delavie

Un mélange d’or et de mordoré doux et lumineux, rien de criard, mais une belle présence.

Plante grimpante en automne

Hortensia grimpant (Hydrangea petiolaris) avec ses couleurs d'automne, Parc André Citroën, Paris 15e (75), octobre 2010, photo Alain Delavie

Cela me donne encore plus envie d’en installer un sur mon balcon, que je laisserai courir le long du mur.

Plante grimpante en automne

Hortensia grimpant (Hydrangea petiolaris) avec ses couleurs d'automne, Parc André Citroën, Paris 15e (75), octobre 2010, photo Alain Delavie

Pour mon mur exposé au Nord-Est, ce serait parfait…