jan 062012
 

Gui dans un arbre du Parc floral de Paris en fin d'automne, Paris 12e (75)

En France et d’autres pays d’Europe du Nord, il est d’usage de s’embrasser sous des rameaux de gui, symbole de prospérité et de longue vie à minuit quand la nouvelle année commence. Au Moyen-Âge, on l’offrait en souhaitant « Au gui l’an neuf ».

Gui dans un arbre du Parc floral de Paris en fin d'automne, Paris 12e (75)

Et pourtant, c’est une plante parasite aux petites boules blanc nacré toxiques par ingestion. À manier avec précaution, surtout quand on laisse trainer des touffes de gui près des enfants.
Continue reading »

mai 312009
 

Parmi les nombreuses curiosités végétales cultivées dans le Jardin des plantes de Paris (75), il ne faut pas manquer la grande cuscute conservée dans l’École de Botanique. Une curieuse plante et un parasite redoutable…

La grande cuscute (Cuscuta europaea) n’a pas de chlorophylle ni de racine, ses feuilles sont très réduites à l’état d’écailles incolores, avec seulement des grandes tiges ramifiées à l’infini, qui envoie des suçoirs dans les tiges des plantes sur lesquelles elle grimpe. Mais elle parasite en particulier la grande ortie (Urtica dioïca) ou le houblon (Humulus lupulus). Dans l’École de Botanique, elle se développe dans une touffe de grande ortie complètement envahie.Cette plante parasite qui ne peut se propager qu’en pompant la sève d’une autre plante appartient à la famille des Convolvulacées. C’est donc une cousine redoutable du terrible liseron, mais aussi des ipomées.

Une curiosité végétale à découvrir au coeur de Paris parmi bien d’autres. L’accès au Jardin des plantes et à l’École de Botanique est libre et gratuit, raison de plus pour ne pas s’en priver…