déc 022011
 

Pas de volonté de jeu de mots dans mon titre qui est équivoque je l’admets. Je parle ici de la plante couramment appelée misère, habituellement cultivée dans les appartements, mais qui pousse aussi très bien à l’air libre pendant la belle saison et même toute l’année dans les coins protégés de la capitale.

Tapis de misère (Tradescantia) dans Paris

Depuis plusieurs années je cultive cette plante verte retombante ou couvre-sol dans mes jardinières sur mon balcon. Quand les hivers sont très froids, comme l’année dernière, les tiges et le feuillage sont grillées par les fortes gelées. Mais jusqu’ici des nouvelles pousses sont toujours apparues au printemps, plus ou moins tardivement selon la plus ou moins grande fraîcheur des mois printaniers. Et je ne protège pas mes pieds, je laisse seulement la masse de feuillage gelé se dessécher et former un coussin protecteur tant que les températures sont basses. Au printemps, je rabats les tiges sèches à la base pour permettre aux nouvelles pousses de s’épanouir.

Tapis de misère (Tradescantia) dans Paris

Et visiblement, il n’y a pas que sur mon balcon où la misère pousse au grand air comme n’importe quelle autre plante vivace rustique. Le tapis que j’ai photographié prospère dans le 16e arrondissement, en pied d’immeuble et au bord de la rue. Il a supporté l’hiver dernier sans grosse catastrophe, comme le prouvent les photos prises pendant la belle saison.

Toutes les misères ne sont pas aussi résistantes. Celle ici photographiée, Tradescantia fluminensis, est la plus robuste. La forme panachée de crème et de blanc est redevenue entièrement verte au fil des années, comme si les pousses panachées étaient plus sensibles au froid. J’ai tenté à plusieurs reprises l’adorable misère gypsophile, Gibasis siderasis, mais elle n’a pas résisté aux hivers les plus froids. Idem pour les callisias.

sept 272011
 

Philodendron 'Piccolo' (Monstera deliciosa 'Piccolo'), Aracées, plante verte d'intérieur

Semblable comme deux gouttes d’eau au bon vieux philodendron increvable (Monstera deliciosa), cette variété s’en distingue par des dimensions réduites. Des tiges plus fines et des feuilles plus petites caractérisent cette plante d’intérieur, adaptée aux intérieurs peu spacieux.

Philodendron 'Piccolo' (Monstera deliciosa 'Piccolo'), Aracées, plante verte d'intérieur

Je l’ai adopté depuis plusieurs mois et je dois reconnaître qu’il pousse facilement, se contentant d’une lumière naturelle modérée et de soins limités à des arrosages parcimonieux. Je l’ai installé en hauteur, contre un mur. Il pousse quand même assez vite, mais il ne devient pas envahissant comme un pothos ou un syngonium qui prennent vite des proportions démesurées quand ils se plaisent.

Philodendron 'Piccolo' (Monstera deliciosa 'Piccolo'), Aracées, plante verte d'intérieur

Un philo miniature, mais très décoratif. Une vraie belle et bonne plante d’intérieur.
Essayez, c’est l’adopter !

août 162011
 
Dracaena fragrans 'White Stripe' (Dracaena Deremensis Groupe), plante d'intérieur

Dracaena fragrans 'White Stripe' (Dracaena Deremensis Groupe), plante d'intérieur, août 2011, photo Alain Delavie

Il y a des plantes d’intérieur si robustes et faciles à vivre qu’on a tendance à les oublier, voire les négliger et surtout à ne jamais en parler… Et pourtant, les Dracaena deremensis font partie de ces bonnes plantes vertes qu’il faut promouvoir et recommander.

Je trouvais la forme type à feuillage vert foncé un peu trop sombre et tristounette. J’ai préféré acheter deux pieds au feuillage panaché, notamment ‘White Stripe’ aux grandes feuilles effilées vert foncé et striées de bandes blanches plus ou moins marquées (le blanc est plus net sur le bord du limbe). L’ensemble est assez lumineux.

Le pied était tout petit et il l’est encore, car sa croissance est vraiment très lente. Des nouvelles feuilles sont apparues, assez régulièrement, mais la rosette grandit très lentement. Lentement, mais sûrement, même avec une lumière assez faible. Je ne risque pas d’être envahi !

juil 142011
 
Asplenium nidus 'Fimbriatum', fouhère d'intérieur

Asplenium nidus 'Fimbriatum', fouhère d'intérieur, photo Alain Delavie

Cette variété de la fougère nid d’oiseau forme une rosette de feuilles très découpées, qui ressemblent à des plumes d’un joli vert vernissé. Je pensais cette fougère délicate, mais il n’en est rien. Elle pousse lentement, mais elle se développe bien, sans problème particulier. Une bonne plante d’intérieur.

J’ai installé cette fougère dans un petit bac à réserve d’eau plus haut que large, avec assez peu de terre en fait. Je ne l’arrose pas très souvent, un peu quand je réalise que la terre est sèche, la jauge du bac m’indiquant aussi que la réserve est à sec. Pour répondre à la question de Laurence F., j’arrose donc peu, toujours avec une eau très douce, non calcaire (de l’eau de Volvic, publicité gratuite).

Pour le moment, je n’ai jamais mis d’engrais. Quand j’ai rempoté la plante, j’ai ajouté du sang desséché et de la corne torréfiée, depuis plus rien. Cela fait donc déjà quelques mois…

Je ne me préoccupe pas non plus de l’humidité de l’air. La plante produit régulièrement des nouvelles frondes, sans se presser. Donc j’estime que tout va bien, pas besoin de vaporiser. Une bonne plante d’intérieur, sans soucis et pas trop envahissante (même si j’ai lu sur Internet que les feuilles pouvaient atteindre jusqu’à 1,20 m de longueur).

mai 032011
 

Généreuse à souhait, éclatante en toute saison, cette belle misère (Tradescantia fluminensis ‘Variegata’) pousse facilement à la condition d’avoir suffisamment de lumière, indispensable pour conserver sa belle panachure si lumineuse.

Plante d'intérieur facile à cultivée, la misère panachée

Potée de misère panachée (Tradescantia fluminensis 'Variegata'), avril 2011, photo Alain Delavie

Certaines jeunes feuilles sont entièrement blanc crème. La panachure varie beaucoup d’une feuille à l’autre, d’une tige à l’autre. Les stries peuvent être étroites ou épaisses, certaines feuilles n’ayant que de fines striures blanc crème. Continue reading »

mar 162011
 

Lors de ma dernière visite au magasin Truffaut situé en bord de Seine dans le 13ème arrondissement, j’ai ramené un très joli pépéromia argenté, sans aucune autre identification que « Peperomia ». Hybride inconnu !

Plante d'intérieur à feuillage décoratif : Peperomia

Potée de Peperomia, photo Alain Delavie

Il ressemble quand même beaucoup au Peperomia sandersonii (= Peperomia argyreia), mais les feuilles sont plus effilées je trouve et surtout le limbe est légèrement échancré dans la partie la plus large de la feuille, alors qu’il est arrondi sans échancrure pour Peperomia argyreia. Ce bel inconnu est superbe, c’est l’essentiel !

Un site de référence sur les pépéromias : www.peperomia.net