jan 052011
 

Dix ans après l’introduction de Zamioculcas zamiifolia, qui a connu un succès extraordinaire, son petit frère ‘Zamicro’ est arrivé en 2007 sur le marché des plantes d’intérieur. Une copie en tous points conformes, mais avec un format plus réduit.

Plante verte d'intérieur

Zamioculcas zamiifolia ‘Zamicro’, photo DR

Le lancement du minicultivar ‘Zamicro’ a eu lieu en août 2007. La plante a connu immédiatement un immense succès dû principalement à son format compact et son look très graphique. Les tiges ne dépassent pas 40 centimètres de hauteur, la croissance est plutôt lente. La plante possède les mêmes caractéristiques que son grand frère (feuillage persistant brillant, tiges renflées à la base, port en touffe évasée, aspect très exotique et graphique), hormis son feuillage plus fin.

Plante verte d'intérieur

Zamioculcas zamiifolia ‘Zamicro’, photo DR

Les soins à porter au ‘Zamicro’ sont aussi simples que pour la forme type :
– Installer la potée dans un emplacement lumineux non ensoleillé, éventuellement dans un endroit moins lumineux, mais dans ce cas la croissance est beaucoup plus lente voire pratiquement nulle.
– Arroser d’un peu d’eau quand la surface de la terre du pot sèche en surface. Sauter ou oublier un arrosage ne pose pas de problème avec cette espèce, bien au contraire. Le Zamioculcas est une plante succulente, possédant des réserves d’eau dans la tige renflée à la base qu’elle utilise afin de survivre en période sèche. Un excès d’arrosage provoque la pourriture des racines et du collet. Sinon la tenue de cette plante verte robuste est excellente.
– Une fois par an, doucher la plante pour ôter la poussière qui finit par ternir le joli feuillage vernissé.

Le Zamioculcas zamiifolia ‘Zamicro’ est le plus souvent vendu dans des pots de 10,5 cm de diamètre avec quatre à cinq tiges feuillées qui évoquent des plumes. La hauteur de la plante est d’environ 40 cm. J’ai acheté un pied il y a maintenant plus de deux ans. La plante s’est très lentement étoffée en poussant à peine plus en hauteur.

Plante verte d'intérieur facile à cultiver

Ma potée de Zamioculcas zamiifolia 'Zamicro', janvier 2011, photo Alain Delavie

Je l’ai rempotée il y a moins d’un mois maintenant car les grosses racines occupaient tout le volume du pot. Mais l’encombrement de ma potée reste très limité, contrairement à l’espèce type que j’ai cultivée pendant de nombreuses années et dont j’ai du me séparer car la potée occupait une surface d’un mètre carré, ce qui était bien trop dans mon petit appartement parisien. Avec le Zamicro, la place n’est plus un problème !

Si je ne devais garder qu’une seule plante d’intérieur (j’aurai vraiment énormément de mal à me limiter à une plante !), ce serait sans hésiter le Zamicro.
Facile à cultiver, jamais malade, élégant, original, très graphique… Que des qualités.

déc 292010
 

Parmi les nombreuses plantes vertes d’intérieur à feuillage décoratif, Tolmiea menziesii a la particularité de pouvoir se cultiver aussi bien dedans que dehors, mais ses feuilles présentent aussi des plantules en tous points identiques à la plante mère. D’où son surnom anglais de « la poule et ses poussins ».

Plante d'intérieur à feuillage panaché

Suspension de Tolmiea menziesii, décembre 2010, photo Alain Delavie

L’espèce type a un feuillage vert clair. On trouve plus fréquemment des potées de la variété à feuilles vertes marbrées de crème, plantes qui redonnent d’ailleurs souvent des feuilles complètement vertes.

Plante d'intérieur à feuillage panaché

Plantules sur les feuilles d'un Tolmiea menziesii, décembre 2010, photo Alain Delavie

Les feuilles en forme de coeur sont très poilues. Sur les plus âgées, des plantules se forment au niveau de l’insertion du pétiole sur le limbe foliaire. Une nouvelle plante apparaît, sans aucune racine mais avec des petites feuilles parfaitement identiques à la feuille mère. Les feuilles mères ou les petites plantules doivent être bouturées pour multiplier le tolmiéa. Continue reading »

juil 302010
 

Syngonium, pothos, anthurium, colocasia… Les plantes de la famille des Aracées ont l’air de se plaire dans mon appartement. Je lorgnais depuis longtemps sur les caladiums, sans arriver à me décider pour un coloris ou l’autre. C’est chose faite, avec un petit sujet bariolé à souhait !

Plantes vertes

Caladium et anthurium, deux plantes d'intérieur de la famille des Aracées, photo Alain Delavie

La potée est encore petite, mais les feuilles présentent une belle palette de couleurs qui varient d’une feuille à l’autre. Vert acidulé, blanc, rouge cerise, pourpre, rose… Une plante verte qui ne l’est plus, tonique à souhait !

Plante verte

Potée de caladium hybride (Aracées), photo Alain Delavie

Plante d'intérieur à feuillage décoratif

Caladium hybride (Aracées), photo Alain Delavie

Cette plante bulbeuse à végétation estivale est originaire d’Amérique du Sud. Les variétés proposées dans le commerce sont des hybrides, sélectionnées pour leur feuillage aux couleurs plus ou moins chatoyantes. Jamais dénommées, pas très souvent proposées, ces plantes à feuillage décoratif ne se trouvent qu’à dose homéopathique. Alors qu’il existe un nombre impressionnant de cultivars. Petit tour du web à la recherche de variétés délirantes :
NeoFarmThaïland
Asiaticanursery
Brent and Becky’s Bulbs
Van Bloem Gardens

Pour les soins, de la lumière sans soleil direct, un sol léger et humifère qui reste frais pendant la période de végétation (arrosage à l’eau douce de préférence, sans calcaire), apport d’engrais azoté tous les quinze jours, atmosphère pas trop sèche sinon le feuillage risque de subir des attaques d’araignées rouges. La plante entre en repos pendant la mauvaise saison, il faut alors diminuer puis cesser les arrosages. Quand toutes les feuilles ont jauni, le tubercule se conserve dans de la tourbe sèche, mais toujours dans une pièce hors gel et si possible pas trop chauffée.

juil 172010
 

Apparue récemment chez les fleuristes et dans les jardineries, une plante de mangrove est proposée désormais comme plante d’intérieur : Bruguiera sexangula.

Nouvelle plante d'intérieur

Petites potées de palétuviers d'intérieur (Bruguiera sexangula), photo Alain Delavie

Ce jeune, très jeune palétuvier, a quitté sa lointaine mangrove qu’il n’a sans doute jamais vue, pour se retrouver dans nos salons et salles à manger… Changement radical ! Cette petite plante est en faite une graine (la partie qui ressemble à un tronc renflé) qui a germé. Dans la nature, cette germination se produit sur l’arbre, les graines germées tombant dans la vase tout autour du pied mère quand elles ont déjà l’aspect d’un arbre miniature.

Pour avoir visité les quelques forêts de mangrove des côtes de Singapour, j’en déduis que ces petites plantes ont besoin d’énormément de lumière et de soleil pour se développer. Et le substrat, peu volumineux, doit toujours rester humide. Vues les dimensions des pots, il ne faut pas partir longtemps en vacances !

Dans le commerce vous trouvez deux palétuviers d’intérieur : Bruguiera sexangula (code produit vbn 104212) et Bruguiera gymnorhiza (code produit vbn 104735). Cette deuxième espèce est presque identique. Ces plantes appartiennent à la famille des Rhizophoracées.

Nouvelle plante d'intérieur

Petites potées de palétuviers (Bruguiera sexangula), photo Alain Delavie

Les deux espèces peuvent atteindre jusqu’à environ 40 à 50 cm de hauteur, bien plus dans la nature où ces arbres mesurent jusqu’à 12 mètres de hauteur et parfois jusqu’à 30 mètres. Les sujets vendus comme plantes d’intérieur sont commercialisés dans des pots de 8,5 cm de diamètre pour B. sexangula, 9 et 10,5 cm de diamètre pour B. gymnorhiza.

À propos de Bruguiera sexangula :
Bruguiera sexangula est largement distribué dans le monde, depuis l’Inde (Naskar and Mandal, 1999; Banerjee et al., 1989), au Sri Lanka (Abeysinghe et al., 2000; Jayatissa et al., 2002), en Asie du Sud Est (notamment en Thaïlande et en Malaisie), jusqu’en Nouvelle-Bretagne, à l’Est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée et en Australie (Hou, 1958). Il est aussi trouvé aux Philippines (Pimavera et al., 2004) et en Chine (Ko, 1983). Il a été introduit avec succès à Hawaï (Hou, 1958).

juin 192010
 

Une jolie fougère australienne au feuillage original, trouvée lors de la dernière Fête des Plantes Vivaces de Saint-Jean-de-Beauregard (91) en avril dernier. Elle semble se plaire chez moi et s’étoffe de plus en plus.

Fougère d'intérieur

Pteris umbrosa 'Major', juin 2010, photo Alain Delavie

Cette forme a des frondes plus larges et plus longues que l’espèce type. Au fur et à mesure de leur développement, les folioles ondulent de plus en plus. Le port de cette fougère d’intérieur est très élégant. Il évoque celui des bambous.

Fougère d'intérieur

Pteris umbrosa 'Major', juin 2010, photo Alain Delavie

La plante se cultive assez facilement en intérieur où elle supporte l’atmosphère plus sèche, notamment pendant la mauvaise saison quand le chauffage est allumé. Il faut maintenir le substrat très léger toujours frais sinon les feuilles se flétrissent rapidement et dépérissent. À surveiller régulièrement !
Il est préférable d’arroser la plante avec une eau douce non calcaire, toujours à la température de la pièce. Cette fougère d’intérieur supporte une lumière modérée, sans soleil direct.

Où la trouver ?
Chez Olivier Ézavin, pépinière Le Monde des Fougères.

mai 192010
 

Présenté par la société Plant Planet au Salon du Végétal d’Angers en février dernier et lors de l’édition printanière des Journées des plantes de Courson le week-end dernier, un nouveau calathéa arrive dans les points de vente de jardinage : Calathea Network.

Plante d'intérieur

Calathea Network, plante verte d'intérieur, Plant Planet, mai 2010, photo Alain Delavie

Cette petite plante verte d’intérieur de la famille des Marantacées présente de longues feuilles brillantes, vert clair et vert foncé, les couleurs formant un réseau, une mosaïque verte qui donne tout l’attrait décoratif à cette plante exotique.

Plante verte d'intérieur

Calathea Network, Marantacées, Plant Planet, mai 2010, photo Alain Delavie

Cette plante verte n’est pas trop exigeante en lumière. Elle redoute même un ensoleillement direct. Comme la plupart des calathéas, elle apprécie une ambiance humide, une hygrométrie élevée. Vous pouvez vaporiser de l’eau douce non calcaire sur les feuilles le plus souvent possible ou disposez le pot sur un plateau rempli de billes d’argile expansée et d’eau. D’avril à septembre, faites un apport d’engrais liquide azoté tous les quinze jours pour favoriser la croissance de la plante.