mai 232014
 

Liriope muscari 'Okina' sur mon balcon au printemps, Paris 19e (75)
Le feuillage des pieds de Liriope muscari ‘Okina’ a la particularité de naître complètement blanc au printemps puis de se veiner et tacher de vert pour redevenir vert foncé au cours de l’été et par la suite. Au retour des beaux jours, l’apparition des nouvelles feuilles est un spectacle unique.

Liriope muscari 'Okina' sur mon balcon au printemps, Paris 19e (75) Continue reading »

avr 272014
 

Parterres d'iris dans le Jardin des Tuileries au printemps, Paris 1er (75)
Les grands iris comme le muguet et les roses n’ont pas attendu le joli mois de mai pour nous faire profiter de leurs belles fleurs. Le calendrier des floraisons est plutôt bousculé ce printemps au jardin et sur les balcons…

Si vous souhaitez aller voir les champs de culture d’iris de la maison Cayeux (Loiret), la floraison est avancée de 10 à 15 jours par rapport aux années précédentes avec un pic de floraison attendu entre le 15 et le 20 mai.

avr 242014
 

Jeune pied d'Elatostema umbellatum 'Snow Patch' sur mon balcon au printemps, rue de Nantes, Paris 19e (75)
Cette plante vivace japonaise a été rapportée par le botaniste Patrick Blanc et elle est depuis multipliée par Olivier Ézavin (pépinière Le Monde des Fougères). Proche cousine de l’ortie (Urticacées), mais non piquante, elle se distingue de l’espèce type par l’abondante panachure crème devenant blanc pur qui éclabousse les feuilles vert clair et dentées.

Jeune pied d'Elatostema umbellatum 'Snow Patch' sur mon balcon au printemps, rue de Nantes, Paris 19e (75) Continue reading »

avr 242014
 

Grosse potée de Liriope muscari 'Monroe White' et Saponaria officinalis 'Alba Plena' sur mon balcon au printemps, Paris 19e (75)
L’année dernière au printemps, j’avais installé un godet de saponaire blanche (Saponaria officinalis ‘Alba Plena’) et deux pieds de liriopes (Liriope muscari ‘Monroe White’) ensemble dans une grosse potée. Deux plantes vivaces robustes à floraison blanche. Mais la saponaire se montre beaucoup trop envahissante. Elle a gagné tout le pot (pourtant large) et sort parmi les touffes de liriopes. J’ai été obligé hier de tout dépoter et de séparer les deux plantes.

Pris dans la ferveur du jardinage et avec de la terre jusqu’aux coudes (et plein le balcon !), je n’ai pas fait de photo. Pourtant au dépotage, le réseau de rhizomes de la saponaire était impressionnant, tapissant complètement le pourtour du pot. J’ai été obligé d’extirper les touffes de liriopes et de les diviser pour être sûr de ne pas laisser un seul fragment de racine de saponaire parmi celles des liriopes, ces dernières étant désormais replantées dans le gros pot hors de prix que je vous ai montré il y a peu.

Je savais la saponaire traçante et envahissante, mais cela s’est confirmé, même pour la variété à fleurs doubles blanches. Comme le liseron du Japon, c’est une plante à ne pas mettre en pleine terre n’importe où, sinon gare à la prolifération et à l’invasion. Et en pot ou jardinière, il est plus que conseillé de la laisser toute seule.

avr 232014
 

Polygonatum 'Weihenstephan' en pleine floraison sur mon balcon au printemps, rue de Nantes, Paris 19e (75)
Je l’attends chaque année avec impatience et c’est toujours un grand plaisir quand les petites clochettes pointent, grossissent et finissent par s’ouvrir le long des grandes hampes arquées.

Je en suis pas le seul à profiter de cette floraison car les bourdons et les abeilles y viennent butiner en nombre. Et malheureusement, les pigeons ramiers apprécient beaucoup les boutons floraux qu’ils viennent arracher quand je ne suis pas là pour les chasser.

Polygonatum 'Weihenstephan' en pleine floraison sur mon balcon au printemps, rue de Nantes, Paris 19e (75)

L’année prochaine, la jardinière devrait être remplie par ces sceaux de Salomon géants qui gagnent de plus en plus en étendant leurs rhizomes souterrains. J’ai déjà déplacé un nandina qui était étouffé. Et d’ailleurs, je me suis aperçu que deux pousses de sceau de Salomon sont apparues au pied de l’arbuste transplanté. J’ai du emporter des fragments de rhizomes sans m’en apercevoir et les voici repartis et même bien fleuris dans une autre jardinière.

Continue reading »

avr 232014
 

Jeunes feuilles d'un pied de Begonia grandis ssp. evansiana 'Alba' sur mon balcon au printemps, rue de Nantes, Paris 19e (75)
Toujours assez tardif et parmi les dernières plantes à repartir sur mon balcon, mon pied de Begonia grandis ssp. evansiana ‘Alba’ s’est remis à pousser bien avant Pâques cette année, profitant de l’extrême douceur hivernale et du début du printemps.

Mes lis géants ont déjà pris des proportions imposantes, les Pinellias (Pinellia pedatisecta et P. tripartita) sont en fleurs et mon Dahlia merckii a fait une belle touffe de feuillage. Même le Begonia sutherlandii (B. ‘Papaya’) est reparti depuis plusieurs semaines. De toutes mes plantes bulbeuses, Begonia grandis ssp. evansiana ‘Alba’ reste le plus long à se remettre à pousser, mettant à vif les nerfs du jardinier toujours inquiet.

Mais cette année encore, ce sont les Hibiscus coccineus qui se réveillent les bons derniers. Les premières pousses pointent à peine au ras du sol.