juil 092012
 

Bégonia tubéreux Non Stop à fleurs doubles blanches salies par les pluies répétées, parc des Buttes Chaumont, Paris 19e (75)

Sale temps pour les fleurs d’été qui sont douchées à répétition, avec violence parfois. Résultat, les fleurs des parterres qui sont près du sol se retrouvent maculées de terre, comme ce pauvre bégonia tubéreux blanc pur qui est devenu blanc sale.

Bégonia tubéreux Non Stop à fleurs doubles blanches salies par les pluies répétées, parc des Buttes Chaumont, Paris 19e (75)

Ce n’est pas joli, mais cela n’est pas grave pour la plante. Par contre, si cette humidité continue encore, ce sont les maladies cryptogamiques qui risquent de se déchaîner sur ces plantes bulbeuses : mildiou, pourriture grise ou oïdium.

déc 012011
 

D’après le bilan provisoire établi par Météo-France le 28 novembre 2011, la France a connu un automne 2011 exceptionnellement chaud, extrêmement sec sur une grande partie du pays et remarquablement ensoleillé.

L'automne sur le Champs-de-Mars

Sur l’ensemble de la saison, la moyenne de la température devrait dépasser d’environ 2,2 °C la moyenne de référence 1971-2000. De ce fait, l’automne 2011 arrive au second rang des automnes les plus chauds depuis le début du XXe siècle, derrière 2006 (+2,8 °C) et devant 2009 (+1,5 °C). Cet écart à la moyenne a été plus marqué sur le Sud-Ouest et plus faible sur le Nord-Est.

Les pluies de l’automne ont été très contrastées. Elles ont été nettement excédentaire sur les zones méditerranéennes, mais très largement déficitaires partout ailleurs. Dans l’Ouest, le Sud-Ouest et le Nord-Est, les déficits de précipitations ont été souvent supérieurs à 50%, parfois même à 60%.

L’ensoleillement a été partout excédentaire cet automne, mais particulièrement du Sud-Ouest au Nord-Est où les durées d’ensoleillement ont été généralement supérieures de près de 30% à la moyenne de référence 1991-2000.

Les températures du mois de novembre ont été exceptionnellement élevées. En moyenne, la température mensuelle sur la France devrait dépasser de près de 2,9 °C la moyenne de référence 1971-2000. Novembre 2011 devrait se situer au second rang des mois de novembre les plus chauds depuis le début du XXe siècle., derrière novembre 1994 (+3,3 °C) et devant novembre 2009 (+2,7 °C).

juin 112011
 

Les orages et les pluies qui sont passés sur Paris depuis le week-end dernier ont fait le plus grand bien aux plantes et aux jardins de la capitale, parfois très assoiffés pour ne pas dire en péril.

Hydrangéa assoiffé dans le square Robert Montagne, Paris 5e (75)

Hydrangéa assoiffé dans le square Robert Montagne, Paris 5e (75), début juin 2011, photo Alain Delavie

Avant les pluies, ce pauvre hydrangéa montrait des signes évidents de manque d’eau et si la sécheresse avait encore duré sans aucune pluie, il n’aurait pas fait encore long feu…

Hydrangéa assoiffé dans le square Robert Montagne, Paris 5e (75)

Hydrangéa assoiffé dans le square Robert Montagne, Paris 5e (75), début juin 2011, photo Alain Delavie

Les pluies qui sont tombées sur Paris et la région parisienne n’ont pas rempli les nappes phréatiques, mais elles ont permis de réhydrater temporairement une végétation qui souffrait beaucoup du manque d’eau.

La Chaine Météo parle « d’un apport en eau significatif, notamment pour le Bassin parisien… D’une manière générale, le déficit pluviométrique observé depuis le début du printemps est en léger repli. À Paris, par exemple, suite aux précipitations orageuses de ce début juin, le déficit pluviométrique depuis le 1er mars est passé de 84% au 30 mai à 66% au 6 juin. »