juin 012011
 

Après l’exposition inaugurale « Christelle Le Déan + Chaiserie landaise », le nouveau store parisien Gambs Seconde Nature accueille sa deuxième exposition, “Re” by Art Terre, jusqu’au 11 juin 2011. Ayant manqué l’inauguration, j’y ai fait une petite visite samedi dernier après avoir rencontré les deux fondatrices de l’agence Art Terre au Salon Jardins Jardin quelques jours auparavant.

"Re" by Art Terre, Gambs Seconde Nature, Paris 11e (75)

"Re" by Art Terre, Gambs Seconde Nature, Paris 11e (75), mai 2011, photo Alain Delavie

Ils sont six designers engagés dans une même démarche invités à animer la deuxième exposition de Gambs, nouvelle plateforme décoration-lifestyle in & outdoor de 300 m2 à Paris 11e.

"Re" by Art Terre, Gambs Seconde Nature, Paris 11e (75)

"Re" by Art Terre, Gambs Seconde Nature, Paris 11e (75), mai 2011, photo Alain Delavie

Continue reading »

juil 042010
 

Les artichauts sont les hôtes convenus du potager, pas des potées sur balcon ou terrasse. De temps en temps, on commence à les voir dans les massifs de fleurs d’été des ville où les cardons leur font concurrence. Mais pourquoi pas en pot ?

Potée de légume

Grosse potée d'artichaut avec trois boutons floraux, juin 2010, photo Alain Delavie

Il ne faut pas rêver, l’artichaut n’est pas fait pour les rebords de fenêtre, encore moins pour une potée accrochée à la rambarde d’un balcon. Il lui faut une belle potée, un gros pot, le plus volumineux possible car ce légume a un grand développement. La plante atteint facilement un bon mètre d’envergure et même plus. Il faut donc un pot en conséquence. Et aussi de la place au sol, car l’envergure des feuilles devient vite importante. Il faut au moins prévoir 1 m2 au sol, en plein soleil.

Le contenant doit être rempli d’un terreau très riche et humifère, bien drainé. Il ne faut pas hésiter à ajouter des poignées de compost bien mûr ou d’Or Brun. L’artichaut est gourmand !

Compte tenu de sa vigueur importante, les arrosages sont copieux et réguliers pour maintenir le sol frais, sans excès toutefois. Si vous laissez une soucoupe sous la potée, surveillez que l’eau qui s’écoule disparaît en quelques heures après l’arrosage.

Bien entretenu, le pied d’artichaut développe des feuilles très découpées vert argenté tirant sur le gris argent par temps sec. La potée ne manque pas de charme si l’on ne lésine pas sur les apports d’eau et d’engrais. Les gros boutons floraux (les artichauts que nous mangeons habituellement) donnent d’immenses fleurs composées qui ressemblent à celles des chardons, mais en beaucoup plus gros. Spectacle garanti !

juin 272010
 

La culture du persil (Petroselinum crispum) en pot ou en jardinière est relativement facile, à la condition que le rebord de fenêtre, le balcon, la terrasse ou la cour reçoivent quelques heures de soleil chaque jour, indispensable au bon développement de cette plante aromatique.

Plante aromatique cultivée en pot

Potée de persil frisé double, photo Alain Delavie

Vous avez le choix entre deux variétés de persil : celui à feuillage simple (ou persil plat), plus parfumé, et le persil frisé (ou persil double), plus décoratif, mais beaucoup moins savoureux. C’est pas mal de semer les deux, car si l’on recherche le gout unique du persil, le feuillage frisé permet de décorer les plats et les salades estivales. Personnellement, je suis plutôt un adepte du persil simple.

Dans un pot d’au moins 14 centimètres de diamètre et rempli d’un bon terreau horticole, épandez les graines de persil en évitant de semer trop dru car les plantes doivent s’étoffer ensuite. Les graines sont assez grandes pour être semées une par une. Il faut juste un peu de patience. Il faut ensuite les recouvrir d’un demi centimètre de terreau et terminer par un bon arrosage. Les semences de persil ont souvent une levée capricieuse et lente. Avant le semis, je préfère laisser tremper les graines dans un verre d’eau chaude toute une nuit, en changeant l’eau au bout d’une heure ou deux, eau qui a pris une teinte jaunâtre. J’ai pu constaté que ces graines trempées lèvent ensuite plus facilement.

Il faut aussi veiller à maintenir le substrat toujours frais par des arrosages réguliers. Tant que les graines n’ont pas germé, vous pouvez laisser la potée à l’ombre pour limiter le dessèchement du sol. Quand les petits plants de persil ont deux ou trois petites feuilles, éclaircissez la potée pour ne garder qu’un pied tous les 4 à 5 cm. Les jeunes plants arrachés ne sont pas repiqués car leur reprise est très aléatoire.

Les jardiniers pressés qui veulent des récoltes rapides peuvent acheter des plants de persil dans une jardinerie. Cela donne aussi d’excellents résultats, plus vite, mais c’est plus cher.

Dans tous les cas, la potée dure jusqu’au printemps de l’année suivante. Elle commence alors à fleurir, le feuillage est moins tendre et peut même jaunir. Il est préférable de la renouveler.

avr 202010
 

Les pots prennent de la couleur cette année et même les plus gros. Les jardineries Truffaut proposent au printemps la gamme Toscane Pop : orange, rouge ou vert Granny Smith !

Pots en polypropylène coloré

Pots Toscane Pop, photo Truffaut

Les pots sont en polypropylène.
Dimensions : 48 cm de diamètre, 40 cm de hauteur, 43 litres de contenance.
Prix : 19,95 euros l’unité.

Des gros pots non percés, parfaits pour servir de cache-pot ou de mini bassin sur le balcon ou la terrasse.

avr 152010
 

Plus besoin de jardin pour avoir un coin de fleurs ou de potager. BACSAC propose une gamme de contenants souples qui permettent toutes les fantaisies et les envies, en fonction de la place dont vous disposez.

Culture hors-sol

Cosmos dans un pot BACSAC, photo BACSAC

Qu’est que BACSAC ?
– C’est un bac. Un bac à plantes. Un bac à fleurs. Un bac à simples. Un bac léger, simple et souple.
– C’est un sac. Un sac ultra-léger,qui vous suit partout, dans la maison, sur la terrasse, sur le balcon, et avec ses différents modèles, répond à toutes vos envies de nature. Simplement un pot, plus souple, plus stable, même sur un sol en pente.

Culture hors-sol

Gamme classic de pots BACSAC, photo BACSAC

BACSAC est né de la rencontre entre Godefroy de Virieu et Virgile Desurmont, respectivement designer et paysagiste. Ensemble, ils cherchent une solution alternative aux contraintes que pose l’aménagement d’un toit terrasse en ville (difficulté d’acheminement, surcharge de poids…). Comment rendre mobile un aménagement qui est souvent immobile du fait de son poids et de sa rigidité ? Comment aménager un espace planté au moindre coût ? L’idée de planter dans des sacs part du désir de changer les habitudes, de valoriser ce qui doit l’être, c’est-à-dire le végétal, et de revenir au principe de base : contenir la terre pour la cultiver. Ils lancent alors la fabrication de sacs dans un géotextile perméable pour éviter l’asphyxie de la terre.

2007 : l’expérimentation de la culture en sacs commence avec la plantation. Un an plus tard, ils constatent que la bonne circulation de l’air et de l’eau à l’intérieur du sac favorise le développement des plantes et se rapproche des conditions d’une plantation en pleine terre. L’extrême légèreté des sacs (-1 kg) décharge la terrasse du poids des pots traditionnels : le seul poids à déplacer est celui de la terre.

2008 : Virgile Desurmont, Godefroy de Virieu et Louis de Fleurieu (paysagiste) montent la société BACSAC et développent un nouveau concept : des sacs plantés fermés. Ils présentent les premiers BACSAC au public à l’occasion du salon « Jardins, jardin », au jardin des Tuileries à Paris.

Cultures hors-sol

Différents modèles de BACSAC, salon Jardins, jardin 2009, photo Alain Delavie

Culture hors-sol

Pied de tomate dans un pot BACSAC, salon Jardins, jardin 2009, photo Alain Delavie

Culture hors-sol

Campanule dans une sacoche double BACSAC, salon Jardins, jardin 2009, photo Alain Delavie

Culture hors-sol

Bacsquare 4 - Le potager de BACSAC, salon Jardins, jardin 2009, photo Alain Delavie

BACSAC rencontre un vrai succès auprès du public et de la presse, et constitue un des produits phares du salon. BACSAC bouscule le monde du jardin : les professionnels du paysage soulignent l’ingéniosité du concept. Le public est séduit par la souplesse, la mobilité et la légèreté du BACSAC. Confectionné comme un sac, BACSAC peut donc être décliné en autant de formes, de couleurs et de matières qu’on peut en imaginer. Avec son département sur-mesure, BACSAC peut répondre à toutes les envies, même les plus folles.

L’ambition est de faire de BACSAC un classique qui révolutionne le monde de la jardinière ! Le concept de BACSAC, qui est avant tout de contenir la terre pour offrir un espace à cultiver, est appelé à évoluer : histoire à suivre…

La collection de BACSAC