oct 262008
 

Ca y est les bulbilles sont bien formées sur les tiges du bégonia grandis ssp. evansiana, certaines tombent sur le sol même. Il est temps de faire sa récolte !Ces petits bulbes qui se forment en automne aux noeuds des tiges (au départ des pétioles des feuilles) sont capables de donner des nouvelles plantes l’année d’après, tout du moins pour les plus gros. Dans le sol, les bulbes « mères » grossissent chaque année un peu plus, mais ces petits organes de réserve aériens permettent à la plante de se propager au loin. J’en ai ramassé un fond de main cet après-midi, c’est l’avantage du balcon et du béton où tout se voit. Dans un jardin, c’est plus difficile. L’année d’après, c’est la surprise quand tout redémarre.
Je les ai ressemés aussitôt dans le gros pot de l’hosta. Attention si vous les conservez à l’air libre, ils se dessèchent rapidement. Le meilleur moyen est de les enrober de tourbe blonde.

oct 262008
 

L’automne est maintenant bien avancé, les bégonias tubéreux entrent petit à petit au repos. Mais selon les variétés et la météo, ce repos est plus ou moins rapide. Faut-il alors continuer à les arroser ou non ? Ca dépend…
Si le bégonia continue à fleurir, avec un feuillage qui reste vert, on arrose, mais juste quand le sol est sec en surface.Quand le feuillage est encore vert, pas trop jaunissant, oui il faut arroser, modérément quand le sol est sec en surface.Quand le feuillage est déjà bien jaune, parfois constellé d’oïdium, il faut cesser les arrosages.Quand il ne reste plus que des bouts de tige, même s’ils sont verts, on stoppe les arrosages.Ces photos ont été prises aujourd’hui sur mon balcon, j’ai tous les cas de figure, simple l’arrosage ;-)))

oct 242008
 

Mon pied d’hibiscus (Hibiscus coccineus ‘Alba’) vient de donner sa toute dernière fleur de la saison, haut perchée au sommet de l’immense tige de plus de 2 mètres.Le feuillage est déjà presque entièrement tombé, mais le dernier bouton a fini par s’ouvrir, pour une toute petite fleur, charmante tout la haut au bout de cette grande tige bien dégarnie maintenant. Il aura bien fleuri ce bel hibiscus depuis ses premières fleurs apparues début août.
Les floraisons s’estompent de plus en plus sur le balcon qui a pris un sérieux coup d’automne, les feuilles mortes se ramassent à la pelle !

oct 212008
 

Vilmorin vous propose 8 variétés de bulbes à floraison printanière mesurant entre 10 à 30 cm de hauteur, spécialement adaptés à la culture en pots, en bacs ou en jardinières. Pour un maximum d’effet sur un minimum de place !

En blanc, en jaune, en orange, en rouge, en bleu ou en violet, et pourquoi pas de toutes les couleurs, après tout au début du printemps, l’envie de couleurs est trop forte. À planter sans trop tarder, impérativement avant le mois de décembre pour une floraison au printemps l’année prochaine et ensuite chaque printemps.
À Paris, la jardinerie Vilmorin se trouve au 4, quai de la Mégisserie, 75001 Paris. Tél. : 01 42 33 61 62.

sept 252008
 

Aucune revue de jardinage française ne fait d’article sur les fleurs qui peuvent le mieux orner les tombes des disparus au fil des saisons. Et pourtant, s’il est un lieu où la fleur prend une importance toute particulière, c’est bien dans un cimetière.Loin de moi tout esprit morbide, bien au contraire, car la fleur est pour moi signe de renouveau, de vie. Ornement funéraire, touche de vie et de gaité, marque d’affection et de mémoire, le végétal joue dans ce lieu un rôle plus important qu’on ne le réalise souvent. Loin du bouquet éphémère déposé très vite le jour de l’enterrement et tout aussi vite passé et oublié, la fleur installée dans un pot ou une jardinière est un symbole fort du lien qui unit vivants et morts, de cette mémoire qui perdure par delà les générations.
Mais ces lieux de mémoire sont des jardins bien difficiles pour les pauvres plantes souvent confinées dans des contenants exigüs, exposées en plein cagnard en été ou au froid le plus vif en hiver et pas toujours soignées fréquemment. Les espèces qui résistent et restent belles, vaille que vaille, le temps d’un été ou d’un hiver ne sont pas nombreuses avec de telles conditions.
À l’issue d’un été à la météo difficile, voici mon tiercé gagnant, preuves à l’appui en photos :

1 – Le dipladénia

Son feuillage brillant, ses grandes fleurs en trompette rose vif, rouge, rose pâle ou blanche qui ne deviennent pas moches quand elles fanent et la grande résistance à la sécheresse sont les principaux atouts de cette fleur exotique, qui de surcroît adore le soleil et la châleur.

2 – Le kalanchoé

Cette petite plante d’intérieur commence à sortir sur les rebords de fenêtres et dans les jardins écrasés de soleil. Véritable plante châmeau, elle fleurit sans discontinuer tout au long de l’été. Elle offre une belle gamme de coloris, vifs le plus souvent.

3 – Le géranium zonale

Faut-il encore présenter le bon vieux géranium des familles ? Plus exigeant toutefois en arrosage et en nettoyage que les deux fleurs précédentes. Mais si florifère et robuste…

sept 152008
 

Mon begonia Bonfire forme une belle cascade de fleurs rouge vermillon mais aussi de fruits remplis de fines graines. Il y a quelques temps, j’en ai jeté un bien mur au pied d’une impatiens. Et voici le résultat photographié hier, des minuscules plantules bien vertes.Des jeunes plants inattendus, car les semis de bégonias sont délicats. Comme quoi, quand dame nature veut, tout pousse ! De l’ombre, de l’humidité et toutes ces petites graines ont germé sans soucis.
Le plus dur, ça va être de les garder pendant l’hiver, dans l’appartement à l’abri du froid. Je suis bon pour installer une mini serre sous tubes fluorescents.