juin 252013
 

Clerodendrum wallichii, plante d'intérieur, Paris 19e (75)

Je vous l’ai montré au tout début de sa floraison il y a une semaine à peine. Toutes les fleurs se sont maintenant épanouies ou presque. La floraison est vraiment spectaculaire et superbe. Un grand plaisir !

Clerodendrum wallichii, plante d'intérieur, Paris 19e (75)

Je ne me lasse pas de contempler ce clérodendron d’une grande élégance.

Continue reading »

juin 242013
 

Jeunes plants de tomate en pots dans un escalier, Amsterdam (Pays-Bas)

Trop de pluie, trop de vent, des températures trop basses avec des amplitudes thermiques éprouvantes, pas assez de soleil… Le temps que nous subissons depuis des semaines et des mois n’est guère favorable aux tomates et autres légumes du soleil qui végètent et n’en finissent pas de pousser, qu’ils soient cultivés en pots ou en pleine terre.

Pour les plants de tomates cultivés en pleine terre dans un potager, je ne vois guère d’autre solution que l’installation de châssis surélevés sur des poteaux au-dessus des plantes ou la pose d’un grand tunnel en plastique pour protéger ces légumes frileux contre les intempéries à répétition. Cela leur éviterait les douches à répétition et une humidité trop forte sur les tiges et les feuilles où le mildiou pourrait se développer rapidement. La protection accumule aussi un peu plus de chaleur au niveau des plantes, quand le soleil daigne se montrer.

Pour les tomates en pots, recherchez l’emplacement le plus chaud, bien exposé au peu de soleil qui se montre et à l’abri des courants d’air. Vous pouvez utiliser des housses à tomates pour les garder plus au chaud pendant la nuit. Mais il faut les poser le soir après le coucher du soleil et les enlever le matin avant que le soleil ne chauffe trop (je sais, c’est rare en ce moment, mais jeudi dernier, les températures ont grimpé jusqu’à 30 °C dans la capitale, si on laisse la housse, c’est la cuisson assurée). Veillez au tuteurage des plantes car le vent est souvent fort, les tiges cassent comme du vert. Si vous avez disposé des soucoupes sous les pots, videz les quand l’eau stagne d’un jour à l’autre.

juin 222013
 

Potée de rhododendron, Amsterdam (Pays-Bas)

Quand on achète une potée de rhododendron couvert de fleurs, on aimerait que la floraison dure le plus longtemps possible et surtout, se renouvelle chaque année avec toujours plus d’abondance. C’est possible, mais cela nécessite quelques soins précis et il faut éviter certaines erreurs de culture.

La potée récemment achetée ne doit pas manquer d’eau sinon la floraison va faner plus vite que prévue. Mais il ne faut pas pour autant noyer la plante avec des arrosages excessifs. Il faut maintenir le sol frais, jamais détrempé ou complètement sec. Une règle à laquelle il faudra veiller pendant toute la belle saison. Et même en hiver, car le gel dessèche beaucoup le substrat provoquant le flétrissement des feuilles qui prennent un aspect pendant. Au premier redoux, il faut penser à arroser la potée pour que la plante soit bien réhydratée.

Dès que le rhodo est défleuri, vous pouvez le rempoter dans un contenant plus grand. Choisissez un bac assez volumineux, surtout si la variété ne garde pas un port compact. Cet arbuste a un enracinement assez superficiel, mais dans un gros pot, elle sera moins sujette aux variations d’humidité du sol et au gel en hiver. Évitez les pots vernissés qui craignent les gelées et gardent trop l’humidité en empêchant l’aération du substrat.

Le rhododendron est une plante de terre de bruyère qui préfère un sol acide (pH inférieur à 7), mais rempotez-le plutôt dans un bon terreau plutôt que dans de la terre de bruyère. Cette dernière quand elle est devenue sèche est très difficile à humidifier. Il faut aussi un sol riche pour permettre une bonne croissance et surtout une belle floraison. Ajoutez du compost et un engrais organique pour hortensia ou plantes de terre de bruyère. Attention de ne pas donner un engrais trop riche en azote, qui favoriserait la croissance de rameaux et de feuilles, sans floraison.

Placez la potée dans un emplacement clair, sans soleil brulant. Évitez les expositions trop chaudes et les courants d’air desséchants.

Le rhododendron prépare sa floraison pendant l’été. C’est à ce moment là qu’apparaissent les boutons floraux. Pour cela, la plante ne doit pas manquer d’eau.

juin 202013
 

Cereus forbesii 'Spiralis', Cactus Estérel, 5èmes Botaniques de Chèvreloup, Arboretum de Chèvreloup, Rocquencourt (78)

Ce cierge spiralé comme un tire-bouchon était une des curiosités présentées lors des 5èmes Botaniques de Chèvreloup, sur le stand de la pépinière Cactus Esterel. Une curiosité trouvée dans la nature en 1992 par le botaniste argentin Omar Ferrari.

Cereus forbesii 'Spiralis', Cactus Estérel, 5èmes Botaniques de Chèvreloup, Arboretum de Chèvreloup, Rocquencourt (78)

L’espèce type a une forme droite avec 5 à 6 côtes. Mais cette variété aux formes tourmentées tourne indifféremment vers la droite ou vers la gauche, la spirale pouvant même s’inverser au cours de la croissance.

juin 202013
 

Sempervivum 'Hayling', Gouin Horticulture, 5èmes Botaniques de Chèvreloup, Arboretum de Chèvreloup, Rocquencourt (78)

Cette joubarbe à grandes rosettes présente un feuillage bicolore, avec le bord et la pointe du limbe foliaire vert vif, tout le reste de la feuille étant pourpre. Cette double coloration accentue le graphisme de cette petite plante grasse rustique qui capte les regards.

Sempervivum 'Hayling', Gouin Horticulture, 5èmes Botaniques de Chèvreloup, Arboretum de Chèvreloup, Rocquencourt (78)

Continue reading »

juin 192013
 

Persicaria runcinata form. Alba, ASPECO, 5èmes Botaniques de Chèvreloup, Arboretum de Chèvreloup, Rocquencourt (78)

Cette renouée offre un feuillage doublement intéressant, pour la forme particulière du limbe foliaire découpé en deux parties et les motifs et coloris des feuilles où se mêlent le vert, le pourpre et le blanc argenté. Cette plante vivace de caractère donne en plus une floraison estivale en petits pompons blancs.

Persicaria runcinata form. Alba, ASPECO, 5èmes Botaniques de Chèvreloup, Arboretum de Chèvreloup, Rocquencourt (78)

J’ai acheté un pied lors des 5èmes Botaniques de Chèvreloup. Il va aller remplacer mon iris du Japon Aphrodite qui est presque entièrement redevenu vert foncé vif, sans sa belle panachure blanche qui faisait tout son charme.

Continue reading »