déc 032010
 

Les fortes gelées ont accéléré la fin de mes fleurs annuelles qui continuaient à fleurir sur mon balcon cet automne du fait d’un temps très doux. La belle touffe de bégonia ‘Dragon Wing’ est… cuite !

Les dégâts du gel sur les potées au balcon

Grosse potée d'euphorbe 'Tasmanian Tiger', Hibiscus 'Fire Ball' et bégonia 'Dragon Wing' gelé sur mon balcon, décembre 2010, photo Alain Delavie

Une belle salade cuite jusqu’au trognon ! Quand les températures vont remonter suffisamment, je pourrai planter les plantes vivaces achetées lors des dernières grandes fêtes des plantes franciliennes et qui attendaient que la place se libère.

D’un seul coup, mon balcon s’est sérieusement vidé. Les dernières fleurs ont disparu, les feuilles caduques se sont ratatinées et ont fini de tomber. Et les plantes vivaces ont un air pitoyable, leurs feuilles retombant contre les tiges sous l’effet du froid. Il n’y a pas d’inquiétude à avoir, car elles retrouveront leur aspect normal dès que les basses températures cesseront et que la douceur s’installera. Il faudra juste veiller alors à bien arroser les mottes desséchées par le gel.

nov 182010
 

Tout le monde connaît les boules de buis, très à la mode et de plus en plus répandues sur les balcons, les terrasses et dans les jardins. Mais les ifs utilisés en topiaires et surtout cultivés en pot sont moins fréquents. Quelques beaux sujets bien arrondis prospèrent dans le jardin du Musée de Cluny (Paris 5e).

Boule d'if (Taxus baccata) en pot dans Paris

Topiaire d'if en pot, Jardin du Musée de Cluny, Paris 5e (75), novembre 2010, photo Alain Delavie

Je savais que l’if supportait suffisamment bien les tailles répétées pour permettre sa culture en topiaire, avec un grand nombre de formes comme le cône, la spirale, le diamant ou la pyramide. Mais jusqu’ici je n’avais vu que des sujets en pleine terre, pas dans des gros pots au look design. Les exemplaires cultivés dans le jardin du Musée de Cluny encouragent à cultiver davantage cette espèce de conifère en pot.

Boule d'if en pot dans un jardin parisien

Topiaire d'if en pot, Jardin du Musée de Cluny, Paris 5e (75), novembre 2010, photo Alain Delavie

L’if peut être formé en boule simple ou avec plusieurs boules superposées. On peut même alterner des formes en plateaux et des sphères. La conduite en arbre à nuages est aussi possible.

Triple boule d'if en pot dans Paris

Topiaire d'if en pot, Jardin du Musée de Cluny, Paris 5e (75), novembre 2010, photo Alain Delavie

Il faut dans tous les cas un pot assez profond aux dimensions respectables et bien proportionnées avec celle de la boule d’if.
L’if (Taxus baccata) est une essence d’ombre à feuillage persistant, appréciant une atmosphère humide. Il pousse à l’état sauvage en forêt, mais il est tout indiqué pour les balcons, les terrasses, les cours et les jardins ombragés, ce qui est souvent le cas en ville.

Topiaire d'if en automne dans Paris

Feuilles mortes sur une topiaire d'if, Jardin du Musée de Cluny, Paris 5e (75), novembre 2010, photo Alain Delavie

Il faut l’arroser régulièrement pour maintenir le substrat toujours frais, mais jamais détrempé. L’arrosage se fait toute l’année, tant qu’il ne gèle pas bien sûr.
La taille s’effectue pendant les mois en A, avril et août.
En automne, il faut penser à enlever les feuilles mortes qui s’agglutinent sur les boules ou les plateaux.
L’if est parfaitement rustique, il ne craint pas les fortes gelées. Les protections hivernales ne sont donc pas utiles.

nov 162010
 

Les massifs et les potées d’automne du Jardin du Luxembourg (Paris 6e) comptent parmi les plus spectaculaires dans les parcs et les jardins de la capitale. Le chrysanthème y est la fleur reine de la saison. Même avec une météo catastrophique et déprimante, la promenade vaut la peine. Il faut vite en profiter avant que les gelées ne viennent tout anéantir.

Désolé pour ceux qui détestent les chrysanthèmes… Moi j’aime beaucoup cette fleur d’automne par excellence, qui trouve sa place aussi bien dans les jardins classiques que plus contemporains ou sauvages. Les coloris jaunes, dorés et mordorés sont particulièrement lumineux. Ils s’accordent parfaitement aux coloris des feuillages d’automne et apportent une touche de gaité dans un jardin, surtout quand le temps est gris.

Quelques chiffres sur le Jardin du Luxembourg :
Superficie totale : 23 hectares
des bassins……………….. 2 800 m²
des pelouses……………. 54 000 m²
des massifs d’arbustes.. 17 700 m²
des massifs floraux…….. 6 000 m²
du jardin fruitier………… 2 100 m²
Périmètre intérieur du jardin : 2 km

Nombre d’arbres :
2800 arbres d’alignement
600 arbres d’ombrage
35 000 arbustes

Les horaires d’ouverture du Jardin du Luxembourg changent selon la durée du jour. Jusqu’au 30 novembre, le jardin est ouvert de 8 h à 16 h 45. Puis en décembre, il ouvrira à 8 h 15 pour fermer à 16 h 30.

Les modalités d’accès :
Entrée libre
– Entrées : place Edmond Rostand, place André Honnorat, rue Guynemer, rue de Vaugirard.
– Métro : ligne 10, station Odéon.
– RER : ligne B, station Luxembourg.
– Bus : lignes 21, 27, 38, 58, 82, 84, 85 ou 89.

nov 102010
 

Ma potée d’hosta à fleurs de lis (Hosta plantaginea ‘Grandiflora’) se couvre d’or chaque jour un peu plus. Les feuilles prennent des teintes d’une rare intensité, la touffe est superbe. Une belle fin, car dans quelques semaines, il n’y aura plus rien, juste le pot.

Feuillage d'automne de l'hosta à fleurs de lis (Hosta plantaginea 'Grandiflora')

Grosse potée d'hosta à fleurs de lis en automne sur mon balcon, novembre 2010, photo Alain Delavie

Après la belle teinte jaune d’or, les feuilles deviennent marron et toutes flasques, un peu visqueuses pour finir par s’effondrer. C’est moins joli !
Je ramasse des pelles de feuilles mortes en ce moment sur mon balcon. Elles tombent très vite, la pluie et le vent accentuant la chute. La jungle se réduit de jour en jour.

nov 092010
 

Le soleil n’était pas de la fête pour l’inauguration de la végétalisation participative de la rue Dénoyez, prévue samedi dernier à 15 heures. Profitant d’un moment de moindre pluie, je suis quand même allé découvrir cette rue de Belleville aux potées décorées sur fond de graffs.

Potées dans Belleville, Paris 20e (75)

Potées, végétalisation participative de la rue Dénoyez, Paris 20e (75), novembre 2010, photo Alain Delavie

Un décor pittoresque qu’il faut absolument aller voir, sans oublier de découvrir au passage les nombreux ateliers et boutiques d’artistes qui se sont installés dans cette rue à nulle autre pareille. Visite découverte en photos…

Continue reading »

nov 082010
 

Du lierre (Hedera helix), tout simplement et uniquement.

Coin de verdure dans un lieu improbable

Potée de lierre dans le renfoncement d'une petite fenêtre sans lumière, rue Cortot dans Montmartre, Paris 18e (75), octobre 2010, photo Alain Delavie

Il n’y a que le lierre commun pour habiller cette petite fenêtre renfoncée, sans soleil et solidement grillagée. Et encore, ce n’est pas l’idéal pour cette plante grimpante de sous-bois, qui aime la fraîcheur et qui pousse mieux sur un sol humifère. Mais avec des arrosages réguliers, sans excès, la plante pousse quand même, pas très vite il est vrai. Ce qui est plutôt recherché dans un coin semblable, où la place est comptée.

Une bonne adresse pour trouver un large choix de variétés de lierres : Pépinières Patrick Nicolas, à Meudon.