juin 282010
 

Avec le retour des beaux jours et les premières chaudes journées d’été, mon pied de gardénia rustique (Gardenia jasminoïdes ‘Kleim’s Hardy’) s’est remis à fleurir. Beau bouquet de fleurs pour cette fin du mois de juin.

Arbuste à floraison estivale

Fleur de mon gardénia (Gardenia jasminoïdes 'Kleim's Hardy') sur mon balcon, fin juin 2010, photo Alain Delavie

Je n’ai pu photographié que l’arrière des fleurs, car celles ci ont poussé vers la rue. Floraison pour le voisinage !

avr 032010
 

Un peu plus en retard que les années précédentes du fait de l’hiver long et froid, mon pied de Saruma henryi se met à fleurir, à peine sorti de terre.

Floraison printanière précoce

Premières fleurs du Saruma henryi sur mon balcon, avril 2010, photo Alain Delavie

Les feuilles commencent à peine à pointer que déjà les premières fleurs s’ouvrent, à quelques centimètres à peine du sol.

Floraison printanière précoce

Premières fleurs du Saruma henryi sur mon balcon, avril 2010, photo Alain Delavie

Et de jour en jour, il y en a un peu plus. J’adore la couleur douce des fleurs, un doux jaune primevère, petites fleurs qui ressemblent à celles d’un pavot. Mais je vous le rappelle, cette plante vivace de mi-ombre appartient à la famille des Aristolochiacées.

avr 042009
 

Le 22 mars dernier, je vous parlais des feuilles velues de mon pied de Saruma henryi, qui sortait à peine de terre. Depuis quelques jours, les premières fleurs sont apparues alors que les pousses ne font guère plus que 5 à 10 cm de hauteur. Une nature généreuse !Cette première floraison devrait se poursuivre sans interruption jusqu’en automne, sous réserve de maintenir le terreau de la jardinière toujours frais par des des arrosages réguliers.Les petites fleurs d’un tendre jaune primevère ressemblent à celles des pavots. Et pourtant, le saruma appartient à la famille des aristoloches (Aristolochiacées).

mai 282008
 

Achetée lors des journées des plantes de Courson (91) à la pépinière Fleurs du Sud (82), mon jeune pied d’ Impatiens sodenii subsp. sodenii vient d’épanouir ses deux premières fleurs. Superbes, bien larges, blanc pur maculé de rouge cerise au coeur avec une pointe de vert fluo. Je l’appelle mon impatiens clown, un surnom que lui avait donné Arnaud Maurières quand il avait sa pépinière de plantes exotiques, le Domaine de la Bellongue, bien avant de devenir le célèbre paysagiste que l’on connait aujourd’hui.
Cette espèce robuste peut atteindre un bon mètre d’envergure quand on la plante dans une grande jardinière. Elle demande une exposition ensoleillée. Sur mon balcon, elle reçoit le soleil juqu’à 11 h du matin. Une culture très différente de celle appliquée aux hybrides d’impatiens les plus courants, qui semblent à côté bien fragiles. Et en hiver, il suffit de la placer dans une pièce bien ensoleillée pour la voir fleurir sans arrêt. C’est ce que je n’ai pas fait l’an dernier, les gelées ont été fatales à mon beau pied… Cette année, je vais être plus prévoyant.