oct 192010
 

Dimanche 17 octobre, les températures ont présenté un caractère hivernal sur la majorité du pays, avec un déficit de 4 à 8 °C par rapport aux normales saisonnières. Sur le Massif central et le nord des Alpes, il a neigé dès 700 m d’altitude. Ici et là quelques gelées blanches ont été constatées en région parisienne au lever du jour dimanche et lundi.

Sur un très large quart nord-est, le mercure n’a même pas atteint 10°C. Pour la première fois de l’automne, on a relevé 9°C à Paris, valeur digne du mois de décembre. Sur l’ouest du pays, sous les éclaircies, les températures étaient plus clémentes. Sur les rivages méditerranéens, le thermomètre était en-dessous des 20°C habituels pour une mi-octobre, la Corse faisant exception avec 20°C à Ajaccio et 21°C à Solenzara.

Températures maximales relevées le 17 octobre 2010 :
Nord-Est
9°C à Lyon, Valenciennes ;
8°C à Besançon, Orléans, Strasbourg, Paris ;
7°C à Charleville-Mézières, Auxerre, Aurillac, Grenoble ;
6°C à Guéret ;
5°C au Puy.

Ouest
12°C à Agen ;
13°C à Toulouse, Nantes ;
14°C à Mont-de-Marsan, Nantes, Brest.

Sud-Est
14°C à Perpignan, Marseille ;
15°C à Nice ;
17°C à Montpellier ;
20°C à Ajaccio ;
21°C à Solenzara.
(Source : Météo-France)

Temps froid, jusqu’à quand ? (La Chaine Météo)

Même si le temps annoncé pour les jours à venir semble vouloir sensiblement se réchauffer, il est temps de protéger les frileuses laissées en place dehors car la prochaine alerte pourrait, hélas, provoquer davantage de dégâts sur les plantes à la rusticité faible.
Comme dit Plantine sur son blog, « aux abris ! »

Mon balcon se vide de jour en jour. Les pinellias sont maintenant presque tous au repos, les derniers feuillages se desséchant à vue d’oeil, et les hibiscus (Hibiscus coccineus) ont pratiquement perdu toutes leurs feuilles, certaines tiges sont déjà brunes. Par contre, tous les bégonias sont encore beaux, surtout Dragon Wing, imperturbable et si florifère. Begonia sutherlandii prend toutefois des teintes plus jaunes, sa mise en repos approche. Il est d’ailleurs devenu inutile d’arroser les bégonias tubéreux qui doivent rentrer en léthargie avant les grands froids. Sauf en cas de coup de chaud et de grand redoux soudains.

nov 022009
 

Quand la météo veut bien laisser le jardinier ou la jardinière accéder au jardin ou sur le balcon, les travaux ne manquent pas au coeur de l’automne :

  • Ramasser sans cesse les feuilles qui tombent et recycler celles qui sont saines (soit sur le tas de compost, soit en paillis au pied des haies, des massifs d’arbustes ou de plantes vivaces).
  • Rabattre les feuillages jaunis ou desséchés des plantes vivaces, sauf pour les quelques espèces décoratives en hiver (grands sedums, graminées, etc.).
  • Protéger, si ce n’est déjà fait, les plantes frileuses laissées dehors pendant la mauvaise saison. Pour celles cultivées en pot, il faut enrober le pot de plastique à bulles car les racines sont davantage exposées au froid dans les contenants.
  • Quand le temps est sec, ne pas oublier d’arroser les plantations récentes et les plantes cultivées en potées ou jardinières.
  • Tant qu’il ne gèle pas, continuer les plantations des plantes bulbeuses ou bisannuelles à floraison printanière, des plantes vivaces bien rustiques, des arbres et des arbustes.
  • Donner davantage de lumière aux plantes d’intérieur. Soit en ouvrant les rideaux dans la journée, soit en rapprochant les potées des fenêtres, soit en éclairant avec des lampes horticoles.