oct 082014
 

Domaine national de Saint-Germain-en-Laye, Saint-Germain-en-Laye (78)
Le Domaine national de Saint-Germain-en-Laye, labellisé « Jardin remarquable », offre à moins d’une demi-heure de Paris 70 hectares d’espaces préservés ainsi qu’un point de vue exceptionnel sur l’Île-de-France.

L’histoire des jardins
La construction de la résidence royale au 12e siècle à Saint-Germain-en-Laye nécessita d’aménager différents jardins, afin de fournir la table et d’assurer les promenades de la cour.
C’est cependant au 16e siècle que débuta la grande époque moderne des jardins, en particulier grâce à l’influence de la renaissance italienne et à l’intérêt de François 1er pour les artistes italiens et étrangers.
Ils furent magnifiés pour Henri IV qui fit réaliser par Claude Mollet des jardins en terrasses, ornés de grottes, de jeux d’eau et d’automates hydrauliques. Les jardins du château étaient alors considérés comme les plus beaux jardins d’Europe.
Le relais fut ensuite pris par André Le Nôtre, qui réalisa en face du château un Grand Parterre orné de broderies et entouré de rinceaux de buis, de charmilles et d’une double rangée d’ormes. Il créa aussi une terrasse longue de deux kilomètres, adossée au jardin et à la forêt telle un immense balcon surplombant la Seine et Paris.
Au 19e siècle, la création d’une gare dégrada les parterres de Le Nôtre. En dédommagement, Louis-Philippe fit don au domaine de 3 hectares pris sur la forêt royale. Loaisel de Tréogate, ingénieur des domaines de la couronne, réalisa alors dans cet espace un jardin anglais qui présentait des arbres remarquables. Contrairement aux jardins précédents de style régulier, il s’agissait ici d’un simple aménagement paysager. De 1872 à 1874 le jardin fut aménagé en promenade publique avec la mise en place de statues, massifs fleuris, mobiliers et éclairages.
Cette richesse des styles présente, dans des espaces très identifiés spatialement, tout un résumé de l’histoire des jardins.

Domaine national de Saint-Germain-en-Laye, Saint-Germain-en-Laye (78)Le domaine aujourd’hui
Le Musée d’Archéologie nationale, le Château et le Domaine national de Saint-Germain-en-Laye font partie du même établissement.
Le Domaine est ouvert toute l’année au public, d’environ 8 heures du matin au coucher du soleil. Il est labellisé « Jardin remarquable ». Ce label national a été mis en place en 2004 par le Ministère de la Culture et de la Communication pour indiquer au grand public les jardins dont le dessin, les plantes et l’entretien sont d’un niveau remarquable.
Enfin, de nombreuses manifestations s’y déroulent, permettant ainsi de sensibiliser toujours plus de monde à cet héritage patrimonial et culturel. Par exemple, chaque année au mois de juin, est organisé l’événement « Rendez-vous aux jardins » : à cette occasion, on peut notamment participer à des visites guidées du jardin sous la conduite des jardiniers du Domaine.
Il est également possible d’occuper les espaces du Domaine national pour des manifestations publiques ou associatives (en concertation avec la direction de l’établissement).

Domaine national de Saint-Germain-en-Laye, Saint-Germain-en-Laye (78)Renseignements pratiques
Château, place Charles de Gaulle, 78 100 Saint-Germain-en-Laye.
Tél. : 01 39 10 13 00.
Accès : RER ligne A, station Saint-Germain-en-Laye.
Autobus RATP ligne 258.
Autoroute de l’Ouest A 13, RN 190, RN 13, N 186.
Pour connaître la programmation des activités de l’établissement, connectez-vous sur : www.musee-archeologienationale.fr

août 212013
 

Affiche de l'exposition Les Nouvelles Folies Françaises, Domaine national de Saint-Germain-en-Laye, Saint-Germain-en-Laye (78)
En juin dernier, je vous annonçais cette grande exposition installée dans le magnifique Domaine national de Saint-Germain-en-Laye dans les Yvelines. J’ai profité d’une belle journée d’été pour aller découvrir les lieux et les installations artistiques disposées dans le parc et sur la grande Terrasse. Une grande balade que je vous recommande et que je vous propose de découvrir avec quelques photos.

Les Nouvelles Folies Françaises, Domaine national de Saint-Germain-en-Laye, Saint-Germain-en-Laye (78)
Dans le cadre de l’année André Le Nôtre, Le Domaine national de Saint-Germain-en-Laye a voulu rendre hommage au grand jardinier français qui a donné ses lettres de noblesse au jardin à la française et à une nouvelle manière de les concevoir. Le Nôtre a dessiné notamment les jardins de Saint-Germain-en-Laye, avec sa Grande Terrasse et sa perspective déviée. Des artistes internationaux ont été invités à réfléchir et à créer des « nouvelles Folies » contemporaines spécialement pour habiter les jardins. Il s’agissait, pour ces artistes, d’interroger leur rapport à la Nature, au Paysage, de renouer, d’une certaine manière, avec l’objet perdu de la peinture, et de dialoguer avec les arts en général. Les artistes ont imaginé des œuvres en fonction du lieu, des sculptures « in natura » vivantes qui habillent le parc, les socles dépourvus, les allées, la grande Terrasse. Ils sont intervenus aussi dans le jardin anglais… Tout un parcours dans l’espace du jardin du Domaine de Saint-Germain-en-Laye et quelques espaces intérieurs, dans l’espace du château et de la chapelle, etc. Je n’ai pas tout vu puisque je suis resté dans le parc et sur la Grande Terrasse, mais l’exposition se prolongeant jusqu’au 10 octobre, j’espère avoir l’occasion de compléter mes découvertes que je vous invite à partager avec quelques photos.

Continue reading »

juin 262013
 

Le Musée d’archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye est au rendez-vous de l’année Le Nôtre, célébrée dans toute la France à l’occasion du 400e anniversaire de la naissance du jardinier. À travers des manifestations aussi variées qu’originales, l’établissement entend valoriser l’héritage multiple de celui qui dessina la Grande Terrasse, ce belvédère sur l’Île de France nourri de sa science de la perspective et du paysage. Point d’orgue de ces festivités, l’exposition Les Nouvelles folies françaises qui rassemble plus de vingt artistes de niveau international dans les jardins du Domaine national de Saint-Germain-en-Laye, dans la chapelle et dans les espaces d’accueil du Musée d’archéologie nationale. Le commissariat en a été confié à Patrick Amine, qui a mobilisé un réseau de partenaires internationaux – le MuHKA d’Anvers, galeries – qui font de Saint-Germain-en-Laye un foyer de création et d’innovation au service d’un regard nouveau sur le patrimoine paysager.

Le bouquet de fleurs miroir de Joachim van den Hurk.

Après Nature mutante, une exposition récompensée par le prix de l’Innovation du ministère de la Culture et de la Communication, l’essayiste et commissaire d’exposition Patrick Amine initie et coordonne un ambitieux projet visant à recréer de « nouvelles folies » contemporaines dans le Domaine national de Saint-Germain-en-Laye. En sollicitant des artistes internationaux de renom, les jardins s’ouvrent à la création d’œuvres éphémères (ou pérennes) et de sculptures végétales in natura qui habillent le jardin, ses allées, sa terrasse. Il s’agit également de construire un espace ludique propice à la promenade et à l’imagination, destiné à tous les publics, adapté au site et à son histoire. Du fait de sa passion des jardins, de leur histoire et de sa connaissance de la création contemporaine (Centre Pompidou-Metz, Centre d’art de la Villa Tamaris, musée du Botanique à Bruxelles, musée des Ducs de Wurtemberg), Patrick Amine est un garant reconnu pour ce projet qui s’intègre à l’hommage rendu à Le Nôtre, dialogue entre patrimoine et création contemporaine.

Exposition Les Nouvelles folies françaises, création Bob Verschueren

27 artistes exposés

  • Lee Bae (KS)
  • Pascal Bernier (Be)
  • Marc Boulet (Fr) & Lin Yu (Ch)
  • Céleste Boursier-Mougenot (Fr)
  • Loris Cecchini (It)
  • Hervé Di Rosa (Fr)
  • Pascal Dombis (Fr) & Gil Percal (Fr)
  • Joël Ducorroy (Fr)
  • Jan Fabre(Be)
  • Jean-Pierre Formica (Fr)
  • Dario Ghibaudo (It)
  • Rainer Gross (D)
  • Fabrice Langlade (Fr)
  • Wesley Meuris (Be)
  • Côme Mosta-Heirt (Fr)
  • Vincent Olinet (Fr)
  • Samuel Rousseau (Fr)
  • Yu Sung Il (KS)
  • Pascale-Marthine Tayou (Cm)
  • Valentin Van der Meulen (Fr)
  • Jan Van Oost (Be)
  • Bob Verschueren (Be)
  • Joachim Van Den Hurk (Nl)
  • Moo Chew Wong (Fr)
  • et la participation exceptionnelle du réalisateur Jérémie Lippmann (Fr) avec sa drone-caméra.

Continue reading »

fév 272011
 

Pour ce dernier jour des vacances scolaires parisiennes et pour ce dimanche qui s’annonce parfois pluvieux, voici un petit rappel de trois manifestations qui touchent à leur fin et se terminent aujourd’hui. La visite, c’est ce dimanche ou jamais !

De la nature symbolique aux jardins virtuels (Musée Maurice Denis, Saint-Germain-en-Laye, 78)
Salon International de l’Agriculture (Paris Expo Porte de Versaille, Paris, 75)
Festival d’orchidées (Salle des Fêtes, Pringy, 77)

Bon dimanche !

jan 032011
 

A l’occasion de son 30e anniversaire, le musée Maurice Denis de Saint-Germain en Laye (Yvelines) ouvre ses portes sur un univers de sensations et de couleurs. Invité d’honneur de l’exposition « De la nature symbolique aux jardins virtuels », l’artiste numérique Miguel Chevalier met en place des installations de réalité virtuelle conçues spécialement en résonance avec les œuvres exposées au musée. Une véritable invitation à porter un autre regard sur le musée.

Création numérique de Miguel Chevalier

Ultra-Natures, Museum of Art, Daejeon, Corée (2005), Miguel Chevalier

Tout au long de cette nouvelle exposition, les visiteurs suivent un fil rouge : la nature, une thématique chère aux artistes symbolistes et nabis. Le parcours s’articule autour de 30 œuvres majeures des collections et des pièces rarement exposées voire inédites que revisite aujourd’hui l’artiste numérique Miguel Chevalier. Un voyage interactif qui prolonge l’élan de modernité donné par les nabis en leur temps…

Œuvres virtuelles, les jardins imaginaires et mouvants de Miguel Chevalier font écho à des tableaux et décors du musée. Ainsi, les Sur-Natures, Fractal Flowers et Degital Clouds de l’artiste dialoguent avec la flore d’Odilon Redon, les arbres et les nuages de Maurice Denis ou encore un paysage de Kerr Xavier Roussel. Interactives, ces créations numériques évoluent au rythme des envies du public.

Pour accompagner cet anniversaire placé sous le signe de la rencontre entre le public et les œuvres, de nombreuses animations sont prévues : concerts, conférences, ateliers portes ouvertes, nocturnes, albums pour enfants, parcours jeux et commentaires à télécharger…

Exposition « De la nature symbolique aux jardins virtuels… »
Jusqu’au 27 février 2011
Musée départemental Maurice Denis
2 bis, rue Maurice Denis,
78100 Saint-Germain-en-Laye
Tél. : 01 39 73 77 87.

Accès
À 10 mn à pied de la station du RER A Saint-Germain-en-Laye.
Par la route : A 14 (La Défense), A 13 (Porte d’Auteuil), RN 13.

Ouverture
Du mardi au vendredi : de 10h à 17h30.
Les samedis, dimanches et jours fériés (sauf 1er janvier, 1er mai et 25 décembre) : de 10h à 18h30.
Le musée est fermé tous les lundis.
Gratuit chaque premier dimanche du mois.

La culture dans les Yvelines (78) :
Le Conseil général des Yvelines se positionne comme un acteur culturel de référence du département en prise directe avec le quotidien et les envies des yvelinois. Pour Alain Schmitz, Président du Conseil général des Yvelines, « la culture donne des repères, elle fait le lien entre le passé et le présent et fournit des outils à chacun pour maîtriser son avenir. Elle permet l’identité, la diversité et le dialogue ».

Le musée Maurice Denis est entièrement dédié aux mouvements symboliste, nabi et post-impressionniste et à l’école de Pont-Aven. Cet établissement culturel du Conseil général des Yvelines regroupe au sein de ses collections les artistes fondateurs de l’art contemporain en France : Bonnard, Bourdelle, Denis, Gauguin, Lacombe, Ranson, Redon, Roussel, Sérusier, Vallotton, Verkade, Vuillard… Cet ensemble original est présenté au public dans le cadre privilégié de l’ancienne demeure du peintre Maurice Denis à Saint-Germain-en-Laye. Un imposant bâtiment du 17e siècle entouré d’un vaste jardin ouvert au public par le Conseil général des Yvelines en 1980.
Plus d’informations : www.musee-mauricedenis.fr ou culture.yvelines.fr