nov 112011
 

Fontaine Médicis, Jardin du Luxembourg en automne, Paris 6e (75)

Les énormes vasques et vases Médicis remplis de chrysanthèmes et les feuillages roux et dorés des platanes donnent un tout autre aspect à l’imposante Fontaine Médicis. Et si en plus le soleil brille, l’endroit devient enchanteur…

Chrysanthèmes, Fontaine Médicis, Jardin du Luxembourg en automne, Paris 6e (75)

Chrysanthèmes dans des vases Médicis, Fontaine Médicis, Jardin du Luxembourg en automne, Paris 6e (75)

Continue reading »

sept 062011
 

La galerie des arbres remarquables photographiés par Georges Feterman est présentée par grandes régions de France. Ces arbres permettent de revisiter notre beau pays car ils sont partout, près d’une chapelle perdue au fin fond du Limousin ou à deux pas de la cathédrale de Tours ; au cœur d’une forêt du Jura ou en pleine ville de Nantes.

Des arbres millénaires, des géants dans lesquels on rentre à plus de trente personnes, des troncs qui rampent, des branches qui marcottent ; et puis tous ceux qui ont une histoire ou qui évoquent une légende. Mais un arbre remarquable, c’est d’abord une émotion, un coup de cœur, un souffle coupé devant un incroyable témoin du passé qui surgit devant vous au détour d’un chemin.

Il y a 17 ans, l’association A.R.B.R.E.S. prenait son envol, rassemblant passionnés et scientifiques éminents autour d’objectifs communs : inventorier, préserver et faire connaître cet incroyable patrimoine ; car c’est bien d’un patrimoine naturel et historique dont il s’agit et qu’il faut sauvegarder. En l’an 2000 fut créé le label « arbre remarquable de France », attribué aux communes et aux propriétaires privés qui s’engagent, par une convention, à préserver l’arbre extraordinaire qu’ils possèdent.

Depuis lors, 270 labels ont été attribués par l’association, souvent célébrés, comme il se doit, par une fête ou une cérémonie amicale. L’œuvre d’inventaire n’est pas terminée. C’est par exemple le cas dans le département de la Haute-Loire, à partir de la toute récente remise du label au village de Rosières. La quête semble d’ailleurs inépuisable ! Puisse cette exposition favoriser la découverte de quelques merveilles encore méconnues de l’association.

Georges Feterman est président de l’association A.R.B.R.E.S. (Arbres remarquables, bilan, recherches, études et sauvegarde) et auteur des photos présentées dans l’exposition. La plupart des photos de l’exposition trouvent place dans l’ouvrage : « Arbres extraordinaires de France » de Georges Feterman – Éditions Dakota.

Georges FETERMAN
Le tour de France des arbres remarquables
Orangerie du Jardin du Luxembourg,
19bis, rue de Vaugirard,
75006 Paris.
Du 7 au 18 septembre 2011, tous les jours de 11h à 19h. Entrée libre.
Vernissage le mercredi 7 septembre à 16 h 30.

avr 262011
 

Avant de prendre sa teinte pourpre intense, le hêtre pourpre (Fagus sylvatica ‘Atropunicea’) prend des couleurs très automnales au début du printemps quand apparaissent ses nouvelles feuilles. Le feuillage naissant arbore une teinte cuivrée remarquable quand un rayon de soleil traverse la ramure.

Hêtre pourpre (Fagus sylvatica 'Atropunicea')

Hêtre pourpre (Fagus sylvatica 'Atropunicea'), Jardin du Luxembourg, Paris 6e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

L’exemplaire âgé de probablement 140 ans est présent dans le jardin entre l’entrée Odéon et l’entrée Médicis. Continue reading »

nov 162010
 

Les massifs et les potées d’automne du Jardin du Luxembourg (Paris 6e) comptent parmi les plus spectaculaires dans les parcs et les jardins de la capitale. Le chrysanthème y est la fleur reine de la saison. Même avec une météo catastrophique et déprimante, la promenade vaut la peine. Il faut vite en profiter avant que les gelées ne viennent tout anéantir.

Désolé pour ceux qui détestent les chrysanthèmes… Moi j’aime beaucoup cette fleur d’automne par excellence, qui trouve sa place aussi bien dans les jardins classiques que plus contemporains ou sauvages. Les coloris jaunes, dorés et mordorés sont particulièrement lumineux. Ils s’accordent parfaitement aux coloris des feuillages d’automne et apportent une touche de gaité dans un jardin, surtout quand le temps est gris.

Quelques chiffres sur le Jardin du Luxembourg :
Superficie totale : 23 hectares
des bassins……………….. 2 800 m²
des pelouses……………. 54 000 m²
des massifs d’arbustes.. 17 700 m²
des massifs floraux…….. 6 000 m²
du jardin fruitier………… 2 100 m²
Périmètre intérieur du jardin : 2 km

Nombre d’arbres :
2800 arbres d’alignement
600 arbres d’ombrage
35 000 arbustes

Les horaires d’ouverture du Jardin du Luxembourg changent selon la durée du jour. Jusqu’au 30 novembre, le jardin est ouvert de 8 h à 16 h 45. Puis en décembre, il ouvrira à 8 h 15 pour fermer à 16 h 30.

Les modalités d’accès :
Entrée libre
– Entrées : place Edmond Rostand, place André Honnorat, rue Guynemer, rue de Vaugirard.
– Métro : ligne 10, station Odéon.
– RER : ligne B, station Luxembourg.
– Bus : lignes 21, 27, 38, 58, 82, 84, 85 ou 89.

sept 172010
 

Le Sénat ouvrira ses portes au public pour la 19e fois le samedi 18 et le dimanche 19 septembre, de 9 h 30 à 17 h 30, sans interruption, à l’occasion des journées européennes du patrimoine organisées par le Ministère de la Culture. Palais du Luxembourg, Petit Luxembourg, serres de culture et collections du Jardin du Sénat vous attendent !

Monument de Paris

Palais du Luxembourg, Sénat, Paris 6e (75), septembre 2010, photo Alain Delavie

Le Palais du Luxembourg (le Sénat) ainsi que le Petit Luxembourg (la Présidence du Sénat) vont une nouvelle fois faire partager leurs innombrables richesses au public à l’occasion de ces deux journées. Les visiteurs pourront parcourir notamment la salle des Conférences, ancienne Galerie du Trône, longue de 57 m, réalisée en 1852 par Alphonse de Gisors, la Bibliothèque peinte par Delacroix en 1845 et l’hémicycle, lieu de réunion des séances plénières du Sénat.
Au Petit Luxembourg, lieu de travail du Président du Sénat et de ses collaborateurs, vous pourrez notamment admirer, les salons de Boffrand (18e siècle), la Chapelle de la Reine, édifiée par Marie de Médicis en 1625 et restaurée en 1850 dans un esprit néo-baroque, ainsi que le Jardin d’hiver, ancien « champ de repos » du Couvent des « Filles du Calvaire », congrégation installée par Marie de Médicis près de son Palais, transformé en jardin d’hiver sous le Second Empire et ouvert à la visite pour la première fois lors des Journées du patrimoine 2004.
Comme chaque année, une cinquantaine de fonctionnaires du Sénat commenteront les principaux lieux et répondront aux questions des visiteurs sur le rôle et le fonctionnement de cette assemblée parlementaire ainsi que sur l’histoire du Palais du Luxembourg.
Entrée du public : 15 et 15 ter rue de Vaugirard, 75006 Paris.
Samedi 18 et dimanche 19 septembre, de 9 h 30 à 17 h 30.

Les serres de culture et les collections du Jardin du Sénat
Le Jardin du Luxembourg est affecté depuis 1879 au Sénat qui en assure la gestion, la surveillance et la conservation. Les serres de collection seront ouvertes au public pour la 8e année consécutive. Depuis le 17e siècle et sa création par Marie de Médicis, le Jardin du Luxembourg a toujours possédé des collections de plantes comme les plantes d’orangerie ou la collection fruitière que le public peut découvrir tout au long de l’année. Depuis le 19e siècle, il possède aussi de remarquables collections de plantes tropicales, notamment des orchidées.
Les collections de plantes de serres ont toujours eu une certaine réputation dans les milieux horticoles et ont même participé à la reconstitution des collections du Muséum d’Histoire Naturelle et de l’école nationale d’horticulture de Versailles. C’est aussi à partir de plants de serres du Luxembourg et du Muséum que put être relancée en Égypte la culture du papyrus dont l’espèce d’origine était atteinte de maladie et menaçait de disparaître. Actuellement, la plus digne d’intérêt est certainement la collection d’orchidées, et plus particulièrement de Paphiopedilum.
Des jardiniers animateurs répondront aux visiteurs qui s’interrogent tout au long de l’année sur ces serres dissimulées dans un coin du jardin et habituellement fermées au public. Ils feront partager leur savoir-faire et leurs connaissances.
Entrée du public : rue Auguste Comte, place André Honnorat, partie sud du jardin.
Samedi 18 et dimanche 19 septembre, de 10 h à 17h30.

Se déroule parallèlement dans l’Orangerie du Jardin du Luxembourg, la traditionnelle Exposition d’automne qui, cette année, présente, autour des usages d’arbres les plus connus, les relations étroites que différents acteurs de notre société entretiennent avec ces plantes à grand développement et à la longévité étonnante. Passé par le prisme du regard et du travail des scientifiques et des artistes, l’arbre prend une nouvelle dimension, qu’il soit platane, marronnier, chêne, érable ou frêne.
Entrée du public : Orangerie, accès porte Férou (rue de Vaugirard), jusqu’au 27 septembre, de 10 h à 18 h 30.

sept 092010
 

J’ai eu le grand plaisir de découvrir hier matin en avant-première l’exposition d’automne du Sénat, « Arbre, regards croisés », installée jusqu’au 27 septembre dans l’Orangerie du Jardin du Luxembourg (Paris, 6e). Je ne vous dévoilerai pas tout, car rien ne vaut une visite sur place, mais le poirier centenaire exposé dans toute sa magnificence au coeur de l’exposition est un des temps forts de ce parcours dans le monde des arbres. À voir !

Exposition d'automne du Sénat dans l'Orangerie, près du Jardin du Luxembourg (Paris 6e)

Poirier 'Louise-Bonne d'Avranches', forme en candélabre 19 branches, Orangerie du Sénat, Paris 6e, septembre 2010, photo Alain Delavie

Cet arbre vénérable a vécu plus d’un siècle dans Paris : planté dans le verger du Jardin du Luxembourg en 1869, il a été formé pendant cinquante années pour donner un candélabre à 19 branches, somptueuse architecture végétale. Adulte, il donnait environ 120 kilos de poires chaque année. Il est mort en 1979, à l’âge de 110 ans.

Exposition d'automne du Sénat dans l'Orangerie, près du Jardin du Luxembourg (Paris 6e)

Poirier 'Louise-Bonne d'Avranches', forme en candélabre 19 branches, Orangerie du Sénat, Paris 6e, septembre 2010, photo Alain Delavie

Souvenir émouvant à découvrir jusqu’au 27 septembre 2010 de 10 h à 18 h 30, dans l’Orangerie du Sénat, Jardin du Luxembourg, Paris 6e. L’entrée est libre !