sept 082010
 

Depuis une trentaine d’années, le Sénat organise en septembre, dans le cadre exceptionnel de l’orangerie du Jardin du Luxembourg, une exposition placée sous le haut patronage de Monsieur le Président du Sénat, sur un thème ayant trait à l’horticulture, à la botanique ou à l’art des jardins. Cette année, à l’initiative de la Conservation des Jardins, l’Exposition d’automne présente, autour des usages d’arbres les plus connus, les relations étroites que différents acteurs de notre société entretiennent avec ces plantes à grand développement et à la longévité étonnante.

Passé par le prisme du regard et du travail des scientifiques et des artistes, l’arbre prend une nouvelle dimension, qu’il soit platane, marronnier, chêne, érable ou frêne. Au total, ce sont quatorze essences d’arbre qui seront présentées, permettant une approche variée de ces végétaux omniprésents dans notre vie quotidienne.

Déclinée en trois espaces, l’exposition détaille les usages ou services de ces êtres singuliers :
• Arbre et écosystème forestier et urbain
Entre les reliques d’une forêt cathédrale, une toute jeune forêt renaissante rappelle sa capacité naturelle à la résilience et à l’autoréparation après les dommages des dernières tempêtes.

• Arbre et art
3 sculpteurs et 1 graveur dévoilent leurs œuvres pour exprimer leur approche et leurs relations sensibles avec l’Arbre.
Les artistes associés à cette aventure sont : Jean-François Bertrand, Didier Rousseau, Dan Sprinceana et François Houtin, ainsi que les élèves de l’École Boulle.

• Arbre et sciences
Une déclinaison sylvicole d’un laboratoire de recherches est prétexte à présenter les travaux scientifiques des chercheurs du laboratoire Écologie, Systématique et Évolution de l’Université Paris-Sud 11, CNRS, AgroParisTech.
Une vidéo, des animations multimédia et des conférences permettront au public de se familiariser avec les usages du monde savant et de répondre aux questions posées sur le devenir des arbres face aux changements climatiques.

Cette exposition est scénographiée par l’agence Interscène – Thierry Huau, paysagiste DPLG, et réalisée en partenariat avec l’Université Paris-Sud 11 et l’Office National des Forêts.

Infos pratiques :
Du 8 au 27 septembre 2010,
Exposition libre d’accès, de 10h à 18h30.
Orangerie du Sénat,
75006 Paris.
Accès porte Férou (rue de Vaugirard).

fév 042010
 

Du 5 au 14 février 2010, la Conservation des Jardins du Luxembourg fête le cent cinquantième anniversaire de sa collection d’orchidées tropicales. Cette exposition exceptionnelle retrace l’histoire ininterrompue de ce patrimoine végétal fabuleux, fragile et unique, dont le Sénat est le dépositaire et le garant depuis 1860.

Orchidée botanique, collection du Jardin du Luxembourg

Lycaste skinneri, Conservation des jardins du Luxembourg @ Le Sénat

La collection trouve son origine au sein du jardin botanique de la Faculté de Médecine de Paris qui, depuis 1838, était installée au sud de l’actuel Jardin du Luxembourg. La collection d’orchidées fut créée à partir d’un lot de plantes envoyé par le médecin de l’empereur du Brésil. Grâce à des échanges avec des horticulteurs et des collectionneurs, la collection se développa jusqu’à compter 1200 espèces. En 1860, le préfet Haussmann exproprie la Faculté et son jardin botanique pour ouvrir le boulevard Saint-Michel. Une ordonnance impériale annexe une partie des terrains au Jardin du Luxembourg et le Sénat accepte de sauver les orchidées et d’accueillir dans les serres du jardin la collection qui était devenue l’une des plus riches d’Europe.

Orchidée botanique, collection du Jardin du Luxembourg

Coelogyne rumphii, Conservation des jardins du Luxembourg @ Le Sénat

Pour célébrer les 150 ans de l’arrivée de la collection au Sénat, les orchidées seront présentées dans l’ambiance magique de l’orangerie du jardin en hiver qui, pour la première fois à cette saison, ouvrira ses portes au public. Habituellement cette collection mythique n’est en effet présentée qu’une fois par an à l’occasion des Journées européennes du Patrimoine.

Riche de près de 1300 hybrides et espèces appartenant à plus de 150 genres botaniques, la collection d’orchidées sera mise en scène au coeur d’un écrin formé par les plantes d’orangerie. Unique au monde, elle est la seule qui puisse encore présenter de nos jours plus de 150 pieds d’orchidées, hybrides horticoles, datant de la fin du dix-neuvième siècle. Parmi les espèces les plus remarquables : Lycaste skinneri, Peristeria elata, Schomburgkia superbiens, Stenorrhynchus speciosus et la collection d’orchidées de Guyane.

Orchidée botanique, collection du Jardin du Luxembourg

Ansellia africana, Conservation des jardins du Luxembourg, photographie G. Butet @ Le Sénat

La collection de Paphiopedilum a été reconnue collection nationale par le Conservatoire des Collections Végétales Spécialisées (CCVS). C’est le genre botanique le mieux représenté aujourd’hui avec plus de 60 espèces et 450 hybrides, constituant la plus importante collection du genre en France.

Orchidée hybride, collection du Jardin du Luxembourg

Paphiopedilum 'Edouard André', Conservation des jardins du Luxembourg @ Le Sénat

Orchidée botanique, collection du Jardin du Luxembourg

Paphiopedilum liemianum, Conservation des jardins du Luxembourg @ Le Sénat

Orchidée hybride, collection du Jardin du Luxembourg

Paphiopedilum 'Bel Royal', Conservation des jardins du Luxembourg, photo G. Butet @ Le Sénat

Dans cette exposition, vous pourrez découvrir l’extraordinaire richesse et diversité de cette famille botanique, l’extrême beauté de ses fleurs, leurs parfums exquis ou parfois repoussants, les mystères de la multiplication in vitro de ces plantes et les techniques d’hybridation. Les jardiniers du Sénat seront présents pour répondre à vos questions et partager leurs secrets de culture.

Orchidée hybride, collection du Jardin du Luxembourg

Paphiopedilum 'Alain Poher', Conservation des jardins du Luxembourg, photo G. Butet @ Le Sénat

Ce sera au coeur de l’hiver une plongée dans l’histoire, mais aussi dans la beauté d’une collection de plantes fabuleuses qui fut sauvée in extremis par le Sénat il y a 150 ans et qui apporte aujourd’hui son concours à la sauvegarde de la biodiversité.

Orangerie du Luxembourg
5, rue Guynemer et 19 bis, rue de Vaugirard, 75006 Paris.
De 10 h à 17 h, entrée libre.