août 072013
 

Pétunia retombant, Sweetunia Hot Rod Red, jardin de démonstration Red Fox, Dümmen Group, Allemagne

Cette variété de pétunia donne des fleurs d’un vrai rouge lumineux, d’une rare intensité. Sa vigueur est moyenne, son port est érigé et sa floraison est très généreuse. Elle est parfaite pour une grande suspension à placer au soleil.

Pétunia retombant, Sweetunia Hot Rod Red, jardin de démonstration Red Fox, Dümmen Group, Allemagne

Continue reading »

juil 012013
 

Semis spontanés de morelle 'Sunberry' sur mon balcon en début d'été, Paris 19e (75)

Le petit pied de morelle ‘Sunberry’ (Solanum burbankii) récupéré lors du Troc Vert de Montreuil en mai 2011 avait bien prospéré et s’était couvert d’un grand nombre de baies noires. Plusieurs ont du tomber dans les jardinières aux alentours. Depuis, des jeunes plants repoussent chaque année , mais cette fois-ci comme mes plantes n’étaient pas très en avance et très fournies suite au ravalement, un plus grand nombre de semis spontanés a pu se développer. J’en trouve partout !

Semis spontanés de morelle 'Sunberry' sur mon balcon en début d'été, Paris 19e (75)

Quand les tous jeunes plants sont apparus un peu partout dans mes jardinières, j’ai d’abord cru qu’il s’agissait d’un semis de Saruma henryi. Mais les plants ont vite pris des proportions importantes alors que les semis de Saruma poussent lentement. J’ai reconnu alors la morelle que j’ai plantée il y a maintenant deux ans. Un seul pied arraché aux premières gelées, un autre qui a repoussé l’an dernier sans que je m’en aperçoive tout de suite et me voici avec des semis partout !!! Dans le genre mauvaise herbe, la morelle noire (Solanum nigrum) ne ferait pas mieux. Mais l’arrachage est facile et rapide.

nov 222012
 

Morelle fleurie dans Montmartre, Paris 18e (75)

Ah, si seulement les tomates pouvaient avoir la résistance des morelles noires (Solanum nigrum) et leur capacité à fleurir et donner des fruits quelle que soit la météo ou presque. L’automne relativement doux et très humide que connaît la capitale favorise la pousse de ces mauvaises herbes qui fleurissent à qui mieux mieux en ce moment. Certainement en vain, car la première gelée va les griller, empêchant les baies d’arriver à maturité.

Morelle fleurie dans Montmartre, Paris 18e (75)

Tue-chien, raisin de loup… Autant de noms communs qui nous indiquent qu’il ne faut pas consommer cette plante, surtout les baies quand elles sont bien vertes. La morelle noire est considérée comme une mauvaise herbe, mais en fait, elle n’est pas si laide que cela. Tous ces petits buissons fleuris et ornés de boules vertes ou noires, c’est plutôt agréable dans les parterres ou les jardinières laissés vides. Mais si elle vous gêne, elle s’arrache facilement d’un petit coup de binette.

sept 052012
 

Tabac sylvestre ou tabac géant (Nicotiana sylvestris), Jardin des Plantes (Muséum national d'Histoire Naturelle), Paris 5e (75)

Avec ses bouquets de grandes fleurs blanches en trompettes retombantes dressées très haut au-dessus de la rosette de feuilles, ce tabac d’ornement peut atteindre jusqu’à 1,50 m de hauteur au cours de l’été. À réserver à l’arrière des massifs et aux ambiances exotiques.

Les fleurs blanches sont réunies en panicules. Chacune peut mesurer jusqu’à 9 cm de longueur. En fin de journée et pendant la nuit, elles répandent un parfum puissant et suave.

Ce tabac est vivace, mais non rustique. En région parisienne, il est cultivé comme une plante annuelle à croissance rapide et importante. Il faut l’installer dans un coin très ensoleillé du jardin, avec un sol bien drainé, mais riche et toujours frais en été.

juil 182012
 

Pied fleuri de datura stramoine (Datura stramonium) dans le potager

Facile à reconnaître dès qu’il dresse ses grandes trompettes blanches, le datura stramoine (Datura stramonium) est une plante sauvage qui peut devenir une mauvaise herbe envahissante dans les potagers où les planches bien ameublies et dégagées sont ses terrains de prédilection. Comme tous les autres daturas (et brugmansias), la plante est toxique par ingestion. Mais en pot, elle donne une belle plante couverte de fleurs parfumées qui se renouvellent tout l’été. Entre trompette des anges et démon, tout est question de situation !

Jeunes plantules de datura stramoine (Datura stramonium) dans le potager

Côté potager, les jeunes plants de datura s’ingénient à pousser exactement dans les sillons de semis effectués directement en pleine terre. Comme ils poussent vite et beaucoup, ils ont vite fait de gêner les cultures légumières, voire de les étouffer quand elles démarrent plus lentement. Il faut tout arracher, à la main quand les mauvaises herbes poussent comme sur la photo, en veillant à ne pas perturber les jeunes légumes en mal de lumière et d’espace. Heureusement, le datura stramoine s’arrache facilement quand il est jeune et dans une bonne terre de jardin.

Le désherbage doit se faire rapidement, car dès son plus jeune age, le datura stramoine produit des boutons floraux et des fleurs, qui s’empressent de donner des gros fruits épineux chargés de graines, toxiques comme le reste de la plante. Il n’est pas rare de voir des pieds de 10 cm à peine commencer à fleurir.

Si au potager cette croissance et capacité de prolifération est redoutable et néfaste, il n’en est pas de même dans une potée sur un balcon ensoleillé. Le petit pied peut grandir jusqu’à former un petit arbuste d’environ 1 m de hauteur et autant de largeur, couvert de trompettes blanches qui se renouvellent sans cesse surtout si vous supprimez les fruits dès qu’ils se forment. Attention, lavez vous bien les mains après toute manipulation. Enfin, ce sont les mêmes précautions que pour un brugmansia ou datura en arbre, un laurier rose ou une potée de muguet. Toutes plantes à éviter quand on a des jeunes enfants ou des animaux familiers qui croquent la première plante qui se trouve à leur portée. Sinon, moi j’aime beaucoup et je trouve cette plante très décorative. Il faut juste éviter de froisser le feuillage, car l’odeur dégagée n’est pas terrible. Mais bon, le datura ne vous demande pas de lui caresser les feuilles !

mai 182012
 

Douce-amère (Solanum dulcamara) poussant dans une haie, Cap 18, Paris 18e (75)

Cette liane indigène souvent considérée comme une mauvaise herbe envahissante pousse dans les endroits les plus improbables. Je l’ai photographiée sortant d’une haie épaisse de cotoneasters ou de pyracanthas qu’elle avait réussi à percer pour se hisser vers la lumière et fleurir.

Douce-amère (Solanum dulcamara) poussant dans une haie, Cap 18, Paris 18e (75)

Il ne faut pas se contenter de couper les rameaux qui dépassent. Il faut aller extirper la souche de la plante si vraiment on ne veut pas la laisser pousser.

Douce-amère (Solanum dulcamara), Cap 18, Paris 18e (75)

Les tiges de la morelle douce-amère peuvent atteindre jusqu’à 3,50 mètres de longueur. Elles s’accrochent à n’importe quel support à proximité, ses rameaux volubiles lui permettant de s’agripper aux arbres et arbustes de son entourage. La floraison s’étend sur une longue période, ce qui permet d’avoir sur un même plant des fleurs violettes aux étamines jaunes et, selon leur degré de maturité, des jeunes fruits allant du vert à l’orange et au rouge.