avr 272011
 

Kali Vermes se passionne pour les terrariums dans lesquels elle créée des paysages miniatures. Vous pouvez les découvrir sur son blog Grow Little, mais à partir du 28 avril 2011, elle expose une petite sélection de ses créations à la librairie Le Cabanon, dans le 12e arrondissement de Paris, tout prêt du marché Aligre.


Le jeudi 28 Avril, de 18h à 21h, présentation. Venez fêter le printemps autour d’un « verre » !
Ce sera une bonne occasion pour rencontrer Kali Vermes, découvrir ses terrariums miniatures et la librairie, écrin spécialisé dans l’architecture et le design.

Je compte bien y faire un tour pour rencontrer l’artiste et découvrir ses mondes en miniature…

Plantariums
Du 28 avril au 8 mai 2011,
Librairie Le Cabanon
14, rue de Cotte
75012 Paris.
(Du mardi au samedi, de 11h à 19h30; le dimanche de 10h à 15h)
Blog de la librairie Le Cabanon

mar 302011
 

C’est un de mes achats du salon Édénia 2011 où je suis allé samedi dernier. J’ai choisi la plante sans savoir son nom, car elle n’était pas identifiée. Mais son aspect caractéristique, très exotique, m’évoquait le nom de Geogenanthus, aperçu dans des livres de botanique. En fouillant sur Internet, j’ai donc pu facilement lui attribuer son véritable nom botanique : Geogenanthus poeppigii.

Plante d'intérieur de la famille des Commélinacées : Geogenanthus poeppigii

Petite potée de Geogenanthus poeppigii, photo Alain Delavie

Cette plante exotique appartient à la famille des misères, les Commélinacées.
Son feuillage gaufré et très décoratif est d’un vert vif parfois teinté de bronze sur le dessus avec des stries argentées. Le revers est plus ou moins pourpre.

Plante d'intérieur de la famille des Commélinacées : Geogenanthus poeppigii

Petite potée de Geogenanthus poeppigii, photo Alain Delavie

Je ne connais pas grand chose de son mode de culture, hormis ce que j’ai pu découvrir sur le web.

La plante pousse paraît-il en sous-bois dans la nature, sur le sol, dans des forêts tropicales chaudes et humides. Elle apprécie une forte hygrométrie, une lumière vive sans soleil direct, un sol riche et humifère qui reste frais. Je l’ai donc aussitôt installée dans un grand terrarium où j’espère elle pourra prospérer. En compagnie d’orchidées bijoux (Macodes et Goodyera). Un trio aux noms pas vraiment faciles à retenir, mais aux feuillages exotiques en diable et d’une grande élégance. À suivre !

jan 092011
 

D’une déconcertante facilité de culture, mes orchidées bijoux (Macodes petola) continuent à pousser comme des folles dans mon grand terrarium d’une longueur de 1,10 m. Elles forment maintenant un joli petit tapis.

Orchidée bijou (Macodes petola) cultivée dans un terrarium

Tapis de Macodes petola dans mon grand terrarium, janvier 2011, photo Alain Delavie

Ces petites orchidées bijoux partagent le terrarium avec deux autres espèces d’orchidées moins prolifiques : Goodyera hispida et Ludisia ‘Jade Velvet’. Il y avait aussi une sélaginelle rampante, bien trop envahissante. Je l’ai enlevée pour que les orchidées bénéficient de toute la place et de la lumière des deux tubes fluorescents.

Orchidée bijou (Macodes petola) cultivée dans un terrarium

Tapis de Macodes petola dans mon grand terrarium, janvier 2011, photo Alain Delavie

Des racines aériennes apparaissent à chaque noeud sur les tiges des Macodes petola, ce qui contribuent encore davantage à leur prolifération. Quand je pense que j’ai vu des toutes petites potées vendues plusieurs dizaines d’euros… J’en ai des dizaines d’euros si je faisais du commerce d’orchidée, ce qui n’est pas mon intention.

Pour le moment, mon élevage d’orchidées bijoux se portent bien. Toutes les espèces poussent bien, dans des terrariums ou en plein air dans l’appartement. C’est encourageant ! Je vais surveiller les arrivages pour dénicher de nouvelles petites merveilles…

jan 062011
 

Déjà plus d’un an que je cultive ce saintpaulia miniature, le plus petit des hybrides de mini saintpaulia paraît-il. La première fois que je vous en ai parlé, c’était le 7 novembre 2009, peu de temps après l’avoir installé dans son petit terrarium (Nano cube). Depuis il a beaucoup fleuri et très bien poussé tout en gardant des dimensions très réduites.

Quand je l’ai reçu des États-Unis, il était plus petit qu’une pièce de 2 euros. Riquiqui !
Un an et quelques mois après, il ne dépasse pas 10 cm de diamètre. Une vraie miniature. Le terrarium est petit (10 litres), mais il n’est pas prêt d’être rempli par ce mignon saintpaulia plus que nain.

Par contre il a déjà beaucoup fleuri. En refaisant le terrarium la semaine dernière, j’ai ôté toutes les fleurs qui couvraient presque le feuillage. Cela le repose un peu sinon il ne cesse de donner des nouvelles fleurs.

J’ai prélevé trois vieilles feuilles saines et j’ai tenté un bouturage, même si ce n’est pas vraiment la saison. J’ai récupéré l’emballage en plastique d’une mousse au chocolat avec un couvercle transparent et j’y ai installé un peu de substrat tourbeux dans lequel j’ai piqué les pétioles des trois feuilles. J’ai arrosé juste ce qu’il fallait, j’ai refermé le couvercle hermétiquement et installé le tout sous un éclairage artificiel. Pour le moment, les feuilles sont belles. À suivre…

Avis de recherche : pendant des années, on trouvait assez régulièrement chez les fleuristes et dans les jardineries des petites potées fleuries de mini saintpaulia ‘Pixie Blue’ et des deux autres variétés à fleurs roses (‘Pixie Pink’) ou blanches. Impossible d’en retrouver depuis des mois. Si vous en repérez, je suis acheteur !

nov 302010
 

Il n’y a pas que mon mini saintpaulia à fleurs de violette qui pousse et fleurisse dans mes terrariums. Mon pied d’Episcia ‘Silver Skies’, une autre Gesnériacée miniature, a pris de l’ampleur au fil des mois au point d’occuper tout son terrarium. Il étale son beau feuillage blanc argenté sur lequel se détache de temps à autre des petites fleurs d’un rouge éclatant et vibrant. Un véritable épiscia de Noël !

Episcia 'Silver Skies', Gesnériacées

Tapis d'Episcia 'Silver Skies' dans un terrarium, novembre 2010, photo Alain Delavie

Le feuillage se suffit à lui-même et reste décoratif à longueur d’année. Les fleurs veloutées sont des petites touches de couleur qui apparaissent ici et là, jamais en très grand nombre.

Episcia 'Silver Skies', Gesnériacées

Tapis d'Episcia 'Silver Skies' dans un terrarium, novembre 2010, photo Alain Delavie

Une variété rare, mais qui pousse assez facilement quand on la cultive dans un terrarium sous éclairage artificiel. C’est d’ailleurs un mode de culture que l’on devrait toujours adopter pour les quelques rares potées d’épiscias proposées dans le commerce, car ces plantes ne supportent pas la sécheresse ambiante de nos intérieurs alors qu’elles sont d’une facilité déconcertante dès qu’on leur offre l’ambiance humide qu’elles aiment.

En terrarium, hormis quelques rares arrosages et nettoyages pour ôter les fleurs fanées, les soins sont très réduits. La croissance est assez rapide car en moins d’un an, le petit pied reçu des États-Unis s’est beaucoup étoffé et multiplié, déployant des stolons de tous les côtés.

Episcia 'Silver Skies', Gesnériacées

Tapis d'Episcia 'Silver Skies' dans un terrarium, photo Alain Delavie

Beaucoup de plaisir pour un minimum de soins, c’est pas mal, non ?

nov 292010
 

Cultivé dans un petit terrarium sous éclairage artificiel, mon minuscule pied de saintpaulia (Saintpaulia ‘Rob’s Twinckle Blue’) ne cesse de fleurir, déployant des bouquets de violettes à toute saison. Il ne lui manque que le parfum !

Saintpaulia miniature (Gesnériacées)

Mini saintpaulia (Saintpaulia 'Rob's Twinckle Blue') en pleine floraison dans un terrarium, novembre 2010, photo Alain Delavie

Le petit pied que je vous montrais pour la première fois en février dernier a quand même bien grandi. Il a plus que doublé en gardant toutefois des dimensions très réduites. Cette variété est soit-disant la plus petite qui existe parmi les saintpaulias. Un mini parmi les miniatures.

Saintpaulia miniature (Gesnériacées)

Mini saintpaulia (Saintpaulia 'Rob's Twinckle Blue') en pleine floraison dans un terrarium, novembre 2010, photo Alain Delavie

Saintpaulia miniature (Gesnériacées)

Mini saintpaulia (Saintpaulia 'Rob's Twinckle Blue') en pleine floraison dans un terrarium, novembre 2010, photo Alain Delavie

Mais la floraison est généreuse en terrarium, ce mini saintpaulia n’étant pas avare en fleurettes. Des petites fleurs simples bleu violet foncé, avec des étamines jaune d’or. Adorables ! J’ai l’impression d’avoir des violettes à longueur d’année.

Saintpaulia miniature (Gesnériacées)

Mini saintpaulia (Saintpaulia 'Rob's Twinckle Blue') en pleine floraison dans un terrarium, novembre 2010, photo Alain Delavie

Cette variété n’est pas difficile à cultiver. Les soins se réduisent à quelques nettoyages pour enlever les fleurs dès qu’elles sont fanées. Un travail de précision qui se fait à la pince à épiler, mais ce n’est pas très difficile. La culture en terrarium fermé limite beaucoup les arrosages qui se font uniquement quand le substrat est bien sec en surface. Bref, la plante vit toute seule, l’éclairage étant réglé par un programmateur. Et je peux ainsi cultiver mon saintpaulia dans le couloir de l’entrée qui ne reçoit pourtant pas la lumière du jour. Un moyen facile et pas très onéreux pour avoir des fleurs partout dans son appartement…

Le plus difficile, c’est de trouver les minis saintpaulias, les arrivages étant toujours limités aux sempiternelles quelques mêmes variétés, toujours sans dénomination. Si vous avez de bonnes adresses en région parisienne, cela m’intéresse car je voudrais fleurir d’autres petits terrariums.